Article 0

Après une escale à New York, trois semaines en Guadeloupe et 10 jours en République Dominicaine, il était temps pour moi de continuer ma route vers Haïti. Il est assez dur de trouver un bon vol entre Saint Domingue et Port au Prince, en tout cas quand j’y étais : soit c’était très cher, soit ça me faisait remonter jusqu’aux États Unis pour redescendre ensuite. Alors j’ai opté pour l’option bus et frontière terrestre ! Récit de cette aventure. 

 

chapka assurances

 

 

 

frontière terrestre république dominicaine haïti

 

| L’organisation pour pouvoir traverser Hispanola

Après avoir fait plusieurs recherches j’avais trouvé trois compagnies de bus au départ de Saint-Domingue pour rejoindre Haïti. Caribe bus, Capital Coach Line et Terra Bus. Mon choix s’est finalement porté sur Capital Coach Line d’après les avis et le prix. Il faut compter 35€ pour le ticket de bus et venir avec 30$ pour les taxes de sortie et d’entrée. On m’a demandé 600 gourdes en plus, la monnaie haïtienne (ou 7$), je ne sais pas pourquoi mais je ne les avais pas en tout cas.

La dame ne voulait du coup pas me laisser monter mais un américain est venu à mon secours et à payé pour moi! C’était super sympa de sa part ! Moral : toujours avoir des espèces sur soi quand on quitte un pays ahah. Bon, par contre j’ai commencé à discuter avec cet américain par la suite et il a commencé à me dire qu’il voyageait pour ré-introduire des pierres dans le sol pour créer de l’énergie (jusque là pas de soucis, je peux croire à ces énergies grâce aux éléments de la terre). JUSQU’A CE QUE. Il me dise que ces pierres venaient d’une autre planète..

Il a commencé à me dire qu’il avait déjà eu une vie antérieure, qu’il était mort à 70 ans et qu’il avait retrouvé vie grâce à une autre race humaine qui existe sur une autre planète. A partir de là, je me suis dis merde. Y a pas de soucis je respecte ceux qui croient à tout ça, mais là j’avoue qu’il est vraiment parti dans un grand délire.. Il a commencé à vouloir me montrer des vidéos où on voyait une lueur dans le ciel, prétendument des vaisseaux de cette race humaine qu’il avait lui-même appelé vers lui, etc.

Bref je vous passe les détails, il m’a finalement dit que cette race humaine allait bientôt se montrer et apporter de la paix et du bien-être sur terre. Tant que ce n’est que ça alors!

 

frontière terrestre république dominicaine haïti

 

| Le bus

Une dame de la compagnie est chargée de garder tous les passeports (pas le choix) et les sous pour les taxes ! On a mit environ 4h30 de route jusqu’à la frontière qui sont passées rapidement : le bus est spacieux et clean, ils nous donnent un sandwich, de l’eau et un jus de fruit au départ et il y a même une petite connexion wifi (petite hein). Contrairement à d’autres trajets que j’ai pu faire qui étaient assez horribles comme au Vietnam, celui là était très bien ! Par contre ils aiment mettre la clim’ à fond alors n’oubliez pas de prendre un pull pour ne pas tomber malade !

On voit vraiment une énorme différence entre les derniers villages Dominicains avant Haïti et ceux de l’Est, vraiment touristique. Là on découvre une vraie ruralité, les gens vivent dans des maisons minuscules, tout le bétail se promène sur la route, les chemins ne sont pas tous vraiment entretenus etc.. c’est un pays différent qu’on a l’impression de découvrir ! Surtout que la nature change aussi car les cocotiers laissent place aux cactus.

 

frontière terrestre république dominicaine haïti

 

| L’immigration 

On arrive donc à la frontière dominicaine où il y a beaucoup de camions et de marchandises, puis le bus tourne dans une petite ruelle un peu inondée et j’aperçois au fond un bureau écrit « immigration », c’est bien drôle ! On descend tous, des dominicains tentent de nous vendre à manger, de nous échanger de l’argent et des enfants proposent de nettoyer tes chaussures contre quelques pièces. On fait donc la queue pour sortir du territoire et la dame qui gère nos passeports nous les donnent un par un (mais pas les sous pour les taxes donc j’imagine qu’ils payent tout d’un coup).

Il faut re-remplir un document avec nos informations personnelles et donner le tout à l’agent. Il tamponne l’autorisation de sortie du territoire et on peut remonter dans le bus ! Ça a prit moins de 30 minutes le temps que tout le monde passe donc c’est correct ! J’avais peur que ça soit trop la folie. Les gardes nous ouvrent les portes et on se retrouve sur le territoire entre les deux pays. Après quelques centaines de mètres nous voilà à la frontière haïtienne. On descend du bus et encore une fois des gens veulent nous vendre à manger et des enfants demandent de l’argent.

Je vais au poste, on me donne un papier à remplir pour rentrer sur le territoire avec un passeport étranger. N’ayant pas d’adresse en Haïti je sympathise avec un haïtien qui parle anglais qui me met la sienne et m’aide à passer les contrôles ! C’était encore une fois assez folklo.. heureusement qu’il était là pour m’aider ! En soit il suffirait de mettre n’importe quelle adresse, mais encore faut-il en avoir noté une à l’avance. Une nouvelle fois, on met moins de 30 minutes pour que tout le monde passe et je me vois remettre une sorte de carte de séjour à conserver si je veux pouvoir sortir du territoire ! 

 

frontière terrestre république dominicaine haïti

 

| La Douane

On reprend la route (enfin le chemin bien défoncé hein!) et quelques minutes plus tard on s’arrête une nouvelle fois. Cette fois-ci c’est la douane! Histoire de ne pas faire rentrer n’importe quoi sur le territoire. Je pensais qu’ils allaient fouiller tous les sacs mais en fait pas du tout, ils ont prit une dame à partie qui transportait pas mal de marchandises et n’ont ouvert aucun autre sac. 

Par contre ils les ont bougé dans tous les sens pour vérifier que rien n’était caché et je vous avoue qu’ils ne sont pas tendres avec les affaires. Ayant un peu peur pour mes affaires (mon ordinateur et mon drone), j’attrape rapidement mon sac avant qu’ils ne le balancent, le garde à mes pieds puis le repose moi-même dans le bus! Je n’avais rien à cacher dans mon sac par contre j’avoue que j’avais un doute sur mon calendrier de l’avent, acheté en Guadeloupe, qui aurait pu ne pas passer comme c’était de la nourriture !

Mais j’ai finalement bien le droit de continuer à manger mon petit chocolat tous les matins jusqu’à Noël ! Une fois les portes de la douane haïtienne passées, le téléphone passe automatiquement à 1h de moins qu’en République Dominicaine, 6h de décalage avec la France (en hiver en tout cas) et nous voilà repartis direction Pétion-Ville, au sud de Port au Prince ! 

 

| L’aventure

Nous arrivons enfin à 18h, heure locale, soit plus de 9h plus tard. En Haïti je dois retrouver Julien, président d’une association qui accompagne les jeunes dans le sud du pays. Je suis censée le retrouver à l’arrêt de bus de Pétion Ville directement. Petit problème, le bus s’arrête finalement à Tabarre, bien avant. Je m’en rend bien compte sur le gps et commence à stresser un peu car je ne peux pas utiliser mon téléphone ici et je n’ai le contact de Julien que par Facebook.

 

frontière république dominicaine haïti

 

Je demande donc de l’aide à un haïtien qui me fait un partage de connexion pour que je puisse accéder à internet sur mon téléphone. J’envoie ma position gps à Julien mais ça bug un peu. Finalement, un petit bus arrive là où on nous a déposé, en fait le gros bus fait le passage de la frontière puis ils changent et prennent un petit bus pour nous amener à Petion-Ville.

Problème : je perd ma connexion internet et ne peut donc pas dire à Julien que je suis finalement dans le bon bus.  Ayant peur qu’il reçoive le message disant que j’étais à l’autre endroit, je demande de l’aide aux trois haïtiens qui sont dans le bus et avaient fait le trajet avec moi. Tout de suite ils me prêtent leur téléphone pour que je puisse me connecter sur Facebook et reprendre contact avec Julien. Ils finissent même par l’appeler pour lui expliquer où le bus m’amène exactement ! 

Ils ont vraiment été trop adorables avec moi et m’ont bien dit qu’ils ne m’auraient jamais laissé seule si Julien n’avait pas été là quand le bus est arrivé. Je leur dis donc au revoir en les prenant chacun dans mes bras et voilà que mon aventure haïtienne commence.. Je m’y attendais mais c’est déjà un gros choc culturel et émotionnel dès mes premiers pas dans le pays.

 

Découvrez dès maintenant mon documentaire sur Haïti (Tourné lors d’un autre voyage).

 

 

 

Une petite note ?
Share This