Le 1er septembre 2019 je vous dévoilais mon projet : la réalisation de ma série documentaire Humanité. Quelques semaines plus tard je partais au Kirghizistan aux côtés de Steven Herteleer pour tourner l’épisode 1 : sur les traces des Nomades. Une aventure sur le thème “se retrouver“, autrement dit, revenir à l’essentiel et couper avec notre société de consommation. Une aventure qui nous a poussé à faire du stop, à dormir chez l’habitant et à faire confiance aux inconnus. L’épisode est enfin en ligne, bon visionnage ! 

 

Humanité est une série documentaire réalisée en partenariat avec Liligo.com & Chapka Assurances

 

 

| Le but de l’épisode

Dans ce premier épisode d’Humanité, je voulais qu’on puisse nous redécouvrir nous-même. Qu’on trouve un moyen de revenir aux fondamentaux de la vie, en coupant avec notre société de consommation, avec ce quotidien qui va à mille à l’heure. Le but? Partir de Bishkek, la capitale du Kirghizistan pour rejoindre les derniers nomades du lac de Son Kul à 3000m d’altitudes, sans jamais utiliser la technologie. Nous avons suivi un certain tracé nous amenant à travers les montagnes et à la rencontre du peuple Kirghize.

 

Ce voyage nous a obligé à faire confiance aux inconnus : pour nous déplacer en stop, pour dormir chez l’habitant, pour trouver notre chemin.. sans jamais avoir le droit d’utiliser notre internet pour nous aider, ni même pour nous repérer sur une carte. Un voyage qui a été ponctué d’inattendus, de retrouvailles avec nous-même, avec la nature et avec une vie simple. Des moments parfois partagés, parfois solitaires, qui nous ont poussé à réfléchir sur notre manière de vivre et de voyager. 

 

 

 

| Qui est Steven ?

Pour ce premier épisode j’ai demandé à Steven Herteleer de m’accompagner. Après des études de marketing, Steven a eu l’opportunité de travailler pour l’Oréal pendant plusieurs années. Mais cette vie de bureau ne lui convenait plus, en 2011 il prend la grande décision de démissionner d’un poste pourtant très confortable, pour se lancer dans un tour du monde de deux ans, sans bagage, sans hôtel et sans avion. Son projet « In your Earth » va changer sa vie et le transformer à jamais. Cette aventure lui fait comprendre ce qu’il veux faire pour être heureux : prendre des photos et voyager. Il ne renonce jamais à un bon road trip pour sortir de sa zone de confort et découvrir de nouvelles populations dans le respect de chacun. Steven était donc le voyageur parfait pour m’accompagner à travers le Kirghizistan, à la recherche des fondamentaux de nos vies.

➡ Steven Herteleer, “Life Stories” : Facebook | Instagram | Site

 

 

 

| La vie au Kirghizistan

Le Kirghizistan est un pays d’Asie Centrale; composé principalement de montagnes et qui s’ouvre de plus en plus au tourisme. J’ai eu l’occasion d’y aller une première fois en 2018 lors des World Nomad Games et j’ai eu un vrai coup de coeur pour ses immenses étendues et sa culture nomade.

 

Le Kirghizistan en résumé : 

  • Le Kirghizistan est situé en Asie centrale, il est frontalier avec la Chine, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Kazakstan.
  • On y parle le Kirghize mais aussi beaucoup le Russe.
  • Sa (petite) capitale est Bishkek, elle compte un peu moins d’un million d’habitants sur les 6 présents dans le pays.
  • La monnaie est le Som Kirghize, 1€ = environ 70 soms (KGS).
  • Le niveau de vie du pays est très bas, les salaires dépassent rarement les 200€ par mois.
  • Le pays fait partie de l’ex URSS, il est aujourd’hui une république parlementaire indépendante depuis 1991.
  • 90% de son territoire est montagneux avec une altitude moyenne du pays à 2000m et un sommet à plus de 7400m, le pic Pobedy.

 

La vie sur place est très simple car les habitants n’ont pas d’énormes revenus. Souvent, plusieurs membres de la famille vivent sous le même toit. En hiver quasiment tout le pays est recouvert de blanc et les hautes montagnes ne sont pas accessibles. On retrouve donc tous les Kirghizes dans les vallées et dans les villes avec leurs bétails. L’été les températures sont douces et les nomades regagnent leurs montagnes pour plusieurs mois pour faire paître leurs animaux autour des yourtes. Le pays bénéficie d’immenses espaces qui régalent les amoureux de la nature comme moi 😄En tout cas après deux voyages là-bas je peux vous dire que les Kirghizes sont très chaleureux et très accueillants et que je vous conseille vivement d’aller découvrir ce beau pays.

 

 

 

| L’itinéraire de notre road trip et nos rencontres

Jour 1 | Bichkek

humanité le petit reporter le p'tit reporter

Avant de commencer notre aventure, on décide d’aller dans la ville pour dormir quelques heures. Un taxi nous amène à la recherche d’un hôtel mais tout est fermé à cette heure-ci. Finalement, notre chauffeur nous fait une belle proposition et nous invite à rester dormir chez lui. Il s’appelle Geinspeck et sur la photo, voici son père ! Impossible de communiquer avec eux car ils ne parlent pas anglais et nous pas russe, mais ils sont adorables et leur hospitalité est vraiment belle.

 

Jour 2 | Sosnovka

humanité olivia kohler

Après une journée entière de stop, la journée commence à se terminer et on cherche à faire une dernière portion en voiture. On attend que quelques minutes sur le bord de la route (comme à chaque fois au final, le stop marche super bien) avant d’être pris en stop par Mursabek, qui ne parle pas anglais et pourtant nous invite à dormir chez lui ! On rencontre toute sa famille : sa belle fille et ses trois petits enfants. Il nous emmène découvrir les environs de son village avant que la nuit tombe et nous passons la soirée avec eux : repas, partage avec les enfants, discussions avec la maman.. un moment génial une nouvelle fois ! 

On quitte Mursabek et sa famille avec le coeur bien serré. Le but de cette aventure était de revenir aux fondamentaux en faisant confiance à l’hospitalité des locaux. Je pense qu’avec cette simple rencontre, le but est atteint.

 

Jour 3 | Kyzart

humanité steven herteler

Après une nouvelle journée de stop, de paysages incroyables et de belles rencontres, on fait une dernière fois du stop pour essayer de trouver un endroit où dormir. On rencontre alors Trusbek et Nazira et au culot, on leur demande s’ils peuvent nous héberger. Après avoir appelé plusieurs personnes ils nous amènent finalement chez leur belle soeur qui nous accueille pour la nuit. Personne ne parle anglais dans la famille, la communication est un peu dure pendant la soirée mais on a encore l’occasion de découvrir l’hospitalité locale !

 

Jour 4 | Son Kul

Après plusieurs jours de stop on arrive enfin à Kotchkor. Nous avions envie de rejoindre cette ville pour essayer ensuite d’aller vers le lac de Son Kul, rencontrer les nomades. C’était vraiment incertain car en étant mi-octobre, les routes étaient déjà pleines de neiges et le lac inaccessible par plusieurs côtés. Au final, après d’être renseigné auprès des locaux, on trouve quelqu’un qui accepte de nous amener au lac en passant par une route au sud. Les paysages sont à couper le souffle (à découvrir dans le documentaire) et nous arrivons enfin à un camp de yourtes, parmi les dernières présentes. Nous avons l’occasion de passer des moments privilégiés avec ces nomades et de parler longuement avec Tilek (sur la photo avec Steven), qui est un guide touristique et surtout la première personne qui parle enfin parfaitement anglais !

 

Jour 5 | Retour à Bichkek

humanité chapka assurances

Après ce magnifique moment passé au lac, nous reprenons le stop pour rejoindre Bichkek et rencontrons alors Ulugbeck, qui nous propose de nous amener jusqu’à la ville et même de nous inviter directement à dormir chez lui avec sa famille. Nous discutons de tout et de rien pendant le trajet et une fois de retour à Bichkek, on se retrouve dans sa magnifique maison, accueillis comme des rois pour notre dernière soirée au Kirghizistan..

 

 

humanité kirghizistan

 

| Bilan du 1er épisode d’Humanité

Au final on aura eu du mal à rencontrer de nombreux nomades à cause de l’hiver arrivant. Tous sont déjà retournés dans les villages. Mais nous avons tout de même réussi à atteindre l’un des derniers camps de yourtes de la région de Son Kul après des centaines de kilomètres avalés en stop et de belles rencontres en chemin. Les échanges n’ont pas pu être aussi complets qu’on l’aurait souhaité avec la barrière de la langue qui est un vrai frein ici, mais notre objectif de couper avec la société de consommation est en tout cas atteint. On a pu vivre des moments de partages simples et des instants de réflexion intenses. Avec toute cette bienveillance de la part des Kirghizes, on peut dire qu’on s’est vraiment pris une claque, une claque d’Humanité.

 

| L’épisode 1 d’Humanité à visionner  

 

Sur Youtube

 

Sur Facebook

 

N’hésitez pas à laisser un petit commentaire sous cet article ou sous la vidéo directement pour me donner vos retours et vos impressions ! Et n’hésitez pas à partager la série Humanité autour de vous surtout 💙

 

 

 

Une petite note ?
fr French
X
Share This