Article 0

Dès que j’ai eu 18 ans, j’ai voulu partir à l’aventure pour découvrir le monde. J’étais célibataire, je n’avais pas des masses d’amis proches donc j’ai décidé de voyager seule. Mon premier trip en solo était en Irlande, pendant un mois, en mode “sac à dos, stop et dodo chez l’habitant“. Ce voyage a été le précurseur d’une longue série et m’a conforté dans l’envie de continuer les voyages seule. J’ai ensuite décidé de partir pour un tour du monde en solo. Il n’y a pas de destination ou de manière parfaite pour tenter l’aventure en solitaire, mais voici quelques pistes d’après mes expériences et celles d’autres grandes voyageuses ! 

(Un article dédié aux femmes mais dont les conseils s’appliquent aussi aux hommes).

 

 

 

| Quand partir pour son premier voyage solo ?

 

➡ Arrêter de repousser le départ

C’est une grande question ça, à quel moment de notre vie on se sent prête à voyager seule? Moi j’ai envie de dire : il n’y a pas de moment précis, il faut juste le ressentir. Il n’y aura jamais de moment parfait, d’instant où on saura répondre à toutes nos angoisses et à nos interrogations. Une fois qu’on arrive à avoir des réponses sur quelque chose, de nouvelles questions apparaissent toujours. Et au final on fini par ne jamais partir. Il faut donc oser se lancer en acceptant qu’il restera toujours des choses imprévues et qu’on ne peut pas planifier. Mais ce n’est pas grave, c’est là toute la beauté du voyage !

Je reçois beaucoup de messages de filles qui me disent « j’aimerais avoir le même courage que toi et partir à mon tour » et c’est bête mais je n’ai qu’une chose à dire : « faites-le ». Je ne pense pas avoir plus de courage qu’une autre. Alors je ne dis pas de partir faire le tour du monde en solo directement, mais rien que partir quelques jours, en France, devoir se débrouiller toute seule, ne pas tout réserver à l’avance, dépasser sa peur de l’autre en s’autorisant à changer ses plans après une rencontre, etc.. Parce que si on ne se lance pas, on hésitera toute sa vie et on passera à côté de milliers d’expériences uniques.

 

Alors oui ça peut paraître difficile car il faut passer au dessus de ses peurs et il faut prendre confiance en soi. Mais encore une fois je dirai qu’il faut tout simplement sauter le pas, car la vie n’attend pas.

 

 

➡ Oser partir sans trop d’argent

Il ne faut pas non plus attendre d’être “riche” pour partir en voyage. Personnellement quand j’étais étudiante j’ai souvent pris ma voiture pour aller me faire quelques jours de road trip en France ou dans un pays voisin (la Suisse étant mon coup de coeur). Je faisais mes trajets en proposant du covoiturage, je dormais dans ma voiture, je mangeais des conserves, bref je voyageais pour pas grand chose mais je vivais des aventures de malade ! Il faut bien commencer quelque part et avec le temps on peut partir plus loin.

Il faut bien penser que de nos jours on a beaucoup d’aide pour voyager facilement : le covoiturage, les compagnies low cost, les auberges de jeunesse, le camping, le stop, il y a tellement de possibilités ! Il faut arrêter de croire que voyager rime avec payer une fortune. Evidemment certains types de voyage méritent un plus gros budget, mais on peut tous commencer quelque part et trouver des solutions en route : faire du volontariat contre un hébergement, travailler quelque temps dans les pays où c’est possible, trouver une manière d’être digital nomad.

 

voyager seule femme

 

➡ Aller contre l’avis des autres

C’est probablement l’une des “excuses” qui revient le plus souvent : on ne part pas parce que nos parents ne veulent pas, parce que nos amis ont peur ou encore pire, parce qu’ils nous font peur. C’est tellement simple de transmettre ses émotions négatives aux autres alors qu’on n’y connaît rien au final. Car oui, les gens qui vont vous dire “ne pars pas”, “c’est dangereux”, “ne le fait pas toute seule”, sont très souvent des gens qui n’ont jamais voyagé, n’ont jamais tenté l’expérience en solo ou encore n’ont jamais osé partir à l’aventure (et non pas en vacances).

Alors non, n’attendez pas d’avoir l’approbation de tout votre entourage avant de partir car vous ne l’aurez surement jamais (sauf si vous avez des proches en or !). Au 21ème siècle ce n’est pas grave de ne pas savoir quel métier on veut faire dès la terminale, ce n’est pas grave de vouloir se lancer dans un voyage au lieu de construire sa grande carrière, ce n’est pas grave de tout simplement vouloir profiter de la vie parce qu’on a compris qu’on en avait qu’une.

 

Personnellement certains de mes proches étaient contre mes voyages ou ma façon de voyager, mais malgré cette sensation de solitude que ça nous donne, j’ai décidé d’aller contre leur avis pour suivre le mien. Et j’ai bien fait ! Parce que ces décisions ont changé ma vie, m’ont changé moi et je ne regrette pas d’avoir osé.

 

 

➡ Mon déclic perso pour partir

On a parfois besoin d’un déclic pour commencer à partir, d’un petit coup de pouce. Moi mon déclic ça a été une rencontre, au lycée. J’ai rencontré une fille qui a osé partir seule pendant plusieurs semaines et que j’ai retrouvée totalement changée à son retour. Elle avait grandi, mûri et avait vécu des expériences que j’étais loin de comprendre de mon point de vue de lycéenne lambda. Ce n’était plus la même personne que je connaissais avant, et c’était bien. Alors j’ai tout simplement voulu faire pareil. Voir tous les bienfaits que ce voyage en solo lui avait procuré m’a donné un courage énorme pour me lancer à mon tour.

J’ai arrêté de réfléchir et de me poser des questions et je suis partie. J’ai choisi l’Irlande pour ce premier voyage, un pays pas trop loin de la France, dont la culture est différente mais similaire à la fois. Je n’avais rien prévu à l’avance et j’ai lâché prise, je me suis laissée porter par l’aventure. Au bout de deux jours je me retrouvais déjà à dormir seule sur une plage dans mon sac de couchage, je faisais du stop pour me déplacer, je rencontrais des gens qui ne parlaient pas la même langue que moi et pourtant qui me faisaient vivre des expériences incroyables.

 

Et puis comme mon amie, je suis rentrée changée. C’était incroyable comme sensation. J’avais l’impression d’être devenue “adulte” en quelques semaines. Je me suis rendue compte à quel point j’avais pu être immature sur beaucoup de point pendant mon adolescence et que je ne voulais plus jamais être comme ça.

 

Mon cercle social, déjà très petit, s’est encore plus raccourcis à mon retour. Je ne me retrouvais dans aucun de mes “amis”, je me sentais en décalage avec les gens qui ne connaissaient pas cette sensation de partir à l’aventure et d’aller à la rencontre des autres. Bref, ma vie a bien changé (et pour le mieux).

 

majorque blog

 

 

| Partir seule, mes conseils de base

 

➡ Suivre son instinct pour se sentir en sécurité 

Suivre son instinct est probablement le meilleur conseil que je pourrais donner à n’importe qui en voyage. L’instinct est un réel sixième sens. Selon moi ce n’est pas dangereux de voyager seule, pas plus que de vivre au quotidien. Mais il faut juste évaluer les situations pour être sûre de se sentir bien et en sécurité. Evidemment l’instinct n’est pas infaillible mais c’est comme partout, il faut faire un minimum attention et ne pas être naïf.

Pendant mon tour du monde je suis allée dans des pays encore peu développés ou « mal réputé » pour des voyages solo et pourtant j’ai vécu des expériences extraordinaire ! Ce sont juste des « règles » de base : ne pas sortir seule de nuit dans des endroits reculés, ne pas aller avec quelqu’un si notre instinct nous dit qu’il y a danger, s’imposer si on veut nous faire faire quelque chose qui ne nous plaît pas, etc.. Etre une femme ne veut pas dire être faible et incapable d’être indépendante, c’est tout le contraire.

Alors faut-il partir préparée physiquement et prendre des cours de self défense? Personnellement je ne l’ai pas fait car je n’en ai pas ressenti le besoin avant de partir. Je n’avais pas de peurs en particulier. Mais je peux comprendre l’envie de le faire et je m’y mettrais peut-être à un moment donné. Après, je pense que les cours de self défense donnent surtout plus de confiance en soi qu’autre chose. Je ne pense pas personnellement pouvoir me défendre contre un agresseur même si je connais les bons gestes. Entre la rapidité de l’action, le stress, le temps de réaliser ce qu’il se passe. Je pense que j’aurais surtout le reflex de me protéger plutôt que d’attaquer. 

 

 

J’en ai fait les frais une fois en voyage. Il y a une seule situation où je me suis sentie en danger et où j’ai réellement eu peur à l’étranger. Pour la faire courte c’était au Japon, je venais d’arriver et comme durant tous mes voyages j’ai voulu dormir chez l’habitant pour découvrir la culture locale “de l’intérieur”. Sauf que je suis tombée sur la mauvaise personne et que pour une fois dans ma vie, mon instinct n’a pas été bon. Pendant la nuit l’homme s’est introduit dans mon lit alors que je dormais et m’a fortement serré contre lui. Il aurait pu m’agresser sexuellement mais heureusement il était trop ivre pour aller au bout.

J’avais toujours cru que dans ces moments là, j’aurais le reflex de me défendre, d’utiliser ma grande carrure pour me protéger. Mais non. J’ai fais une crise panique, la première et la seule de ma vie. Mon corps s’est mis à trembler, j’avais du mal à respirer et j’étais surtout tétanisée, impossible de bouger. J’étais coincée sur mon lit entre l’homme, à moitié endormi d’ivresse et le mur. Je n’ai réussi à bouger qu’au bout d’une heure. Quand j’y repense aujourd’hui je me dis heureusement, vraiment heureusement que l’homme avait trop bu (il avait commencé à le faire alors que j’étais déjà endormie).

 

J’ai mis du temps à me “remettre” de cette mauvaise situation, à faire confiance à nouveau aux autres et à mon instinct. Mais j’ai pris le temps de réfléchir et de comprendre que cette mésaventure, la seule durant tous mes voyages, n’allait pas arrêter ma soif de découvertes et mon amour du voyage et des autres.

 

 

➡ Protéger ses affaires

J’ai trois choses vraiment importantes auxquelles je fais très attention en voyage : mon passeport, mon appareil photo et mon disque dur. Mon passeport car c’est lui qui me permet de voyager et qu’en refaire un à l’étranger est une grosse galère. Mon appareil photo parce que c’est mon outil de travail et mon bien le plus précieux. Mon disque dur car il contient tous mes souvenirs du voyage en cours. 

Quand je suis en auberge de jeunesse, je les mets dans les casiers fermés à clé ou même dans mon lit quand je dors. Quand je n’ai pas le choix et dois les laisser dans mon gros sac alors que je sors, j’essaye de les mettre sois dans une poche « cachée » de mon sac, soit par exemple dans mon linge sale, dans mes sous vêtements, etc. Quand je prends l’avion je ne mets jamais mon bagage en soute. Il a pile poil la taille pour passer en cabine donc j’en profite (et j’économise au passage). Pas de risque qu’il soit perdu ou violemment balancé par les employés de la compagnie.

Quand je voyage en bus ou en stop, j’utilise mon petit sac à dos qui est normalement glissé dans mon gros sac, pour garder les choses les plus importantes à mes pieds. Après, il faut se dire qu’on peut tout perdre à tout moment. Donc il faut : éviter de partir avec des choses trop importantes à nos yeux, prendre une assurance tout risque pour nos appareils électroniques, faire un back-up sur le cloud de nos données, s’envoyer par mail des photos de tous nos papiers importants, ne pas retirer trop de liquide d’un coup, etc…

 

voyager seule femme

 

➡ Accepter les difficultés et les mésaventures

Voyager en solitaire, ça ne va pas toujours être tout rose, il faut s’y attendre. Le plus dur selon moi ? Réussir à contrôler ses sentiments dans les coups durs. Quand notre sac est trop lourd alors qu’on marche des heures, quand on est fatigué, quand on enchaîne les moments de solitude, quand on vit des galères, bref il y aura bien des moments où notre moral sera soumis à rude épreuve. Mais c’est dans ces moments là qu’on se rend compte qu’on a besoin de personne et qu’on arrive à s’en sortir par nos propres moyens ! Il y aura toujours des moments de doutes et des moments de solitudes, mais il faut les accepter car ils font parti du voyage et de l’aventure.

Malgré les préjugés, quand on part seule on ne le reste pas longtemps au final. Etre seule nous pousse à être d’autant plus sociable, à aller vers les autres, à commencer à parler avec des inconnus. Au final on voyage un jour avec une personne puis le suivant avec une autre. Surtout quand comme moi on dort chez l’habitant et on fait du stop, on peut rencontrer des dizaines de nouvelles personnes chaque jour.

 

Quand il peut arriver un problème, un coup dur, un peu de blouse, là on se retrouve seule face à soi-même. Il faut réussir sans l’aide de personne à se raisonner, à ne pas craquer ou du moins pas trop longtemps et à reprendre la route tout simplement.

 

➡ Vivre avec peu mais se sentir bien quand même

Le voyage nous apprend beaucoup de leçons. Parmi elles j’ai vraiment appris à vivre avec peu de choses et avec peu de confort. Quand on décide de dormir chez l’habitant on a souvent tout le confort minimal dont on a besoin et pas plus : une douche, des toilettes, un lit ou un canapé. On se rend vite compte qu’on n’a pas besoin de milliers de choses superflues. Et puis selon les pays qu’on découvre il faut aussi simplement accepter que le niveau de vie ne peut pas être le même que chez nous.

Mais il faut aussi savoir se faire plaisir et faire en sorte de se sentir bien ! Ca passe par des choses simple, un petit mascara dans sa trousse de toilette, une jolie robe dans son sac. Des petits détails qui permettent de se sentir féminine de temps en temps, quand on en a marre d’avoir une tête fatiguée et les mêmes habits. Mais encore une fois ça dépend vraiment des personnes, je connais des filles qui n’ont absolument pas besoin de ça et j’en connais d’autres pour qui c’est nécessaire.

Ca peut aussi évoluer avec le temps, moi par exemple pendant mon tour du monde je m’en fichais totalement d’à quoi je ressemblais. Mais de nos jours je ressens d’avantage ce besoin de me sentir bien en voyage, dans des habits que j’aime et avec des têtes potables. Ce n’est pas par rapport à l’image que je veux donner aux autres mais plutôt à l’image que je veux avoir de moi. Ce n’est pas parce qu’on part à l’aventure qu’on ne peut pas se sentir femme et belle. (Bon pour moi simplement porter une chemise au lieu d’un vêtement technique me fait beaucoup de bien, je ne suis pas du genre à mettre des robes de fou dans des endroits improbables!).

 

voyager seule femme

 

➡ Partir légère mais équipée

A vrai dire, mon sac à dos s’est largement allégé au fil des voyages. Lors de mon premier voyage, j’avais un sac énorme (70L) plus un autre sac à dos (40L). Aujourd’hui, je ne voyage plus qu’avec un seul sac et bien plus petit qu’avant (un 30L me suffit dans les pays chauds, un 50L dans les pays froids). J’ai réussi à comprendre ce dont j’avais vraiment besoin et ce dont je pouvais me passer l’espace d’un instant. Ce qui prend le plus de place en fait c’est mon matériel : caméra, drone, disque dur, ordinateur plus leurs chargeurs et batteries. Si je n’avais pas ça, je pourrais vraiment partir avec un sac à dos d’école !

Outre les fondamentaux avec quelques vêtements, j’ai toujours une trousse de premiers secours avec médicaments, pansements, et désinfectants. Une trousse de toilette avec le basique + de quoi rester femme (mascara et vernis). J’ai souvent un carnet de voyage dans lequel je note les endroits où je vais, les gens que je rencontre et ce que je fais dans la journée. Et c’est plus ou moins tout en fait.

Il faut prendre ce dont on a vraiment besoin mais éviter les “au cas où”, qui pèsent une tonne et dont on ne se sert jamais. Il faut bien garder en tête que, sauf si on part pour une expédition au milieu du désert ou de l’arctique, il y aura toujours un supermarché, une pharmacie ou autre pour acheter des choses sur place. Alors un conseil, ne vous encombrez pas et posez vous bien la question de ce qui est vraiment utile ou non avant de prendre un sac énorme et lourd.

 

| Quelles destinations pour voyager seule ? Témoignages de voyageuses

 

Pour commencer à voyager seule il faut déjà commencer. Et pas forcément à l’autre bout du monde. Tentez déjà l’expérience en France tout simplement ! Notre pays est tellement grand, tellement beau et tellement varié. Même moi qui suis partie aux quatre coins du monde, il y a des régions de France où je n’ai pas encore mis les pieds et c’est dommage. Voyager dans son propre pays pour commencer peut être rassurant si on est vraiment stressée à l’idée de partir seule : c’est la même langue, les mêmes lois, les mêmes principaux points de repère.

On peut très bien décider de découvrir une région en faisant du stop, en essayant de trouver des hébergements insolites, découvrir des activités ou des métiers loin du nôtre. Ensuite on peut passer au niveau suivant en allant dans un pays d’Europe. Le choc culturel ne sera pas trop brutal mais on pourra apprendre à se débrouiller avec la langue et les différents modes de vies. Après avoir passé ce cap, il faut se lancer dans un pays plus loin : l’Argentine, le Vietnam, l’Australie… Il y a tellement de destinations possibles. Certaines cultures nous marquent à jamais et changent radicalement nos perspectives de vie. Il faut juste être préparée au fait que l’on va découvrir et vivre des choses incroyables.

Voici quelques témoignages et conseils de voyageuses qui se sont lancées dans l’aventure en solo à un moment de leurs vies.

 

voyager femme

➡ Jessica, “Si on ne sent pas une situation, il vaut mieux tourner les talons et se faire confiance“.

 Retrouvez Jessica, alias “Mes p’tits bouts du monde” sur INSTAGRAM, sur son BLOG et dans sa WEBSERIE.

 

 

Quels pays pour voyager seule? Pour débuter je conseille vraiment les pays d’Asie du Sud Est. Le pays où j’ai trouvé que c’était le plus simple de voyager en solo, c’était le Laos, à mes débuts en 2015. La Thaïlande et le Cambodge s’y prêtent aussi très bien parce que ce sont des pays où selon moi il y a très peu d’insécurité. C’est très personnel mais je trouve que dans ces pays bouddhistes il y a une réelle bienveillance envers les gens. Tout est simplifié, les gens aident facilement alors pour débuter et se sentir à l’aise je trouve que c’est un bon choix !

En plus c’est une région du monde où il y a beaucoup de backpackers, du coup c’est très simple de faire des rencontres voir des petits bouts de chemin avec d’autres voyageurs. Dans certains pays du monde il y a peu de voyageurs et on peut plus facilement se retrouver isolée. Pour moi partir seule ne veut pas forcément dire qu’on veut être seule dans notre voyage. Ce sont deux choses différentes selon moi. Moi j’aime partir seule mais voyager avec des gens en route !

 

voyager femme

Crédit photo : Mes ptits bouts du monde.

 

Un conseil à donner pour une aventure en solitaire ? Pour moi, oubliez les hôtels et privilégiez les auberges de jeunesse. Sortons de cette bulle d’isolement pour rencontrer du monde (de tout âge et de tous les horizons contrairement à ce qu’on peut penser). On se retrouve avec du monde lors des repas et ça permet de faire de belles rencontres. Dans cet esprit là mon conseil c’est d’aller vers les autres. Il faut comprendre qu’on n’est pas seule à vivre ce mode de voyage et ne pas hésiter à se mêler à des activités avec les autres par exemple : des cours de cuisine, des free-tours, etc. C’est important pour faire connaissance et sortir de sa bulle !

Ecoutez aussi votre instinct, faites confiance à votre intuition. Ce n’est pas forcément évident à comprendre avant de partir. Moi on m’en avait parlé mais ça restait très abstrait jusqu’au moment où on part, on découvre ses intuitions qui se développent. Si on ne sent pas une situation, il vaut mieux tourner les talons et se faire confiance. C’est très important de ne pas se forcer à parler ou à aller avec des gens si on ne le sent pas. Derniers petits conseils en vrac : tenez vos proches au courant de là où vous êtes, ça les rassure et ça nous rassure aussi. Et ayez une carte sim locale pour avoir facilement accès à internet en cas de besoin !

 

➡ Marie, “J’adore cette flexibilité d’écouter ses envies et son coeur”.

 Retrouvez Marie, alias “A day in the world” sur INSTAGRAM & sur son BLOG.

 

Quels pays pour voyager seule? Pour commencer c’est sur que les pays d’Asie sont les plus “safe” et les plus simples dans un sens. Mais moi mon coup de coeur ça a été pour l’Amérique du sud. Au niveau des populations les gens sont tellement ouverts et conviviaux. On créé tellement facilement des échanges dans la rue, dans les terrasses de café, etc. C’est un continent très adapté pour les voyages solo et j’ai particulièrement adoré la Colombie. C’est mon pays préféré d’Amérique du sud entre leur belle mentalité, la musique, l’état d’esprit, les paysages, la nourriture, c’est un beau compromis !

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans une aventure en solitaire ? En tant que voyageuse solo j’aime le fait que, quand tu veux te retrouver avec toi-même, réfléchir et être dans tes pensées tu peux et quand tu veux au contraire rencontrer du monde et être entourée, tu peux aussi. J’adore cette flexibilité d’écouter ses envies et son coeur et de pouvoir faire ce qu’on veut quand on veut. Quand je partais seule on m’a souvent demandé “tu n’as pas peur de la solitude?“. Mais en fait non parce que tu t’adaptes tout simplement, le matin tu peux prendre ton petit déj toute seule et une heure après aller grimper un volcan avec une anglaise rencontrée la veille au soir par exemple. C’est ça qui est fabuleux dans ce genre de voyage.

 

Crédit photo : A day in the world.

 

J’ai aussi rencontré beaucoup d’autres voyageurs et voyageuses solo de toutes les nationalités dans les auberges de jeunesse. Ou des locaux qui étaient intrigués de voir une femme seule et qui venaient vers moi pour faire connaissance. Je me retrouvais le lendemain à la plage avec eux, ils me donnaient des super conseils sur leur pays et c’est vraiment cette proximité avec les locaux que j’aime dans le voyage. Pour moi quand tu voyages seule au final tu es moins seule que quand tu es deux.

Mais je trouve ça quand même important de dire que voyager seule c’est aussi devoir rester vigilante et qu’il faut toujours écouter sa petite voix intérieure. Tu fais attention quand t’es à l’aéroport et que tu ne peux pas prendre ton sac avec toi dans les toilettes, tu fais attention quand t’es dans un bar et que t’as ton verre posé sur le comptoir, tu fais attention à ne pas prendre le verre de trop pour être sûre de rester consciente de ce que tu fais. Il faut rester prudente ! Mais il faut profiter, et moi en 13 mois de tour du monde en solo et avec tous les pays que j’ai fait seule, je ne me suis jamais privée.

 

➡ Caroline, “Pour moi, me lancer ça a été la meilleure décision de toute ma vie“.

 Retrouvez Caroline, alias “Le petit monde de Caroline” sur INSTAGRAM.

 

Quels pays pour voyager seule? Je commence avec le Costa Rica, un pays parfait pour un premier voyage solo, idéal pour découvrir la faune et la flore qui est ultra abondante. On peut faire des balades à cheval, gravir des volcans, découvrir la côte, observer les baleines, bref j’ai adoré ce pays. Les habitants sont aussi incroyables et très accueillant, avec l’esprit “Pura Vida”. Niveau transport c’est très bien desservi et les locaux sont toujours là pour aider !

Second pays je recommanderai le Pérou. Avec le nord pour le surf, les terres avec l’Amazonie péruvienne, le sud avec les dunes et les oasis et évidemment tous les merveilleux treks, le lac Titicaca, le Machu Picchu, etc. C’est un pays que j’ai trouvé bouleversant. Les transports sont ultra développés et très confort comparé à certains pays. Les trajets sont longs mais ils passent assez vite. Concernant la sécurité je n’ai eu aucun problème au Pérou ! C’est un pays parfait pour commencer je trouve.

Ensuite le Japon, qui était clairement le pays le plus safe de tous mes voyages. Il y a un respect incroyable et une toute autre éducation que chez nous. Un jour j’ai oublié mon téléphone dans un jardin, j’y suis retournée le lendemain il y était toujours. Tout est propre, tout est beau, tout est en ordre, mais le problème, c’est le japonais. Ils parlent très mal anglais. Tu ne peux compter que sur Google Trad pour t’aider, et la plupart des signalétiques sont en japonais seulement. Du coup ça rend la chose un peu compliquée ! Mais le Japon est un pays incroyable, la culture est tellement forte et il y a beaucoup d’expériences inédites à vivre là-bas.

 

Crédit photo : Le petit monde de Caroline.

 

Et enfin le Kenya, c’était un de mes rêves. Tous les gens que j’ai rencontré dans le pays avaient un énorme coeur. Les parcs et la beauté du pays sont incroyables, j’ai pu voir les animaux de la savane, rencontrer des familles Maasaï, admirer le Kilimandjaro. Par contre en tant que voyageuse solo il vaut mieux être “rodée”. Par exemple les transports, t’arrives sur un parking et on te dit “monte dans cette voiture là“, tu te retrouves avec 9 autres personnes, et tu pars sans trop comprendre, c’est un peu le bordel quoi ! Et puis les hommes nous regardent beaucoup mais c’est surtout de la curiosité, rien à voir avec les regards qu’on peut se prendre dans le métro à Paris.

Un conseil à donner pour une aventure en solitaire ? Je dirai aux voyageuses qui veulent se lancer de ne pas avoir peur de le faire car pour moi ça a été la meilleure décision de toute ma vie ! Et pour des conseils pratiques il faut bien faire attention à ses affaires dès le début, garder les papiers importants sur soi, dans une banane etc. Bien faire attention aux gens avec qui on reste mais ça on le sent de toute façon. Pour bien commencer, privilégier des pays “faciles” et au fur et à mesure du temps on devient tellement rodée qu’on s’adapte à tout. Et enfin, oser parler au locaux et créer des liens. C’est ça qui est le plus fort aussi dans le voyage : le partage !

 

 

➡ Tiziana, “Tentez vraiment le voyage solo, c’est une très bonne thérapie !“. 

 Retrouvez Tiziana, alias “Les vadrouilles de Tisia” sur INSTAGRAM.

 

Quel a été ton expérience seule à l’étranger ? J’ai passé 5 mois en solo au Mexique, avant ça je n’avais jamais tenté l’expérience. J’avais beaucoup de questions et de stress car je partais vers l’inconnu et en plus j’entendais l’appréhension des gens autour de moi concernant le Mexique : “il faut faire attention, ce n’est pas bon pour une fille d’y voyager seule“. Heureusement ma précédente expérience (un an de voyage en groupe) m’a permis de m’éloigner de ces préjugés. Et ce voyage solo à été une révélation !

Je trouve que le Mexique n’est pas plus dangereux qu’un autre pays où je pourrais être seule. Alors oui il faut prendre des précautions, mais comme partout. Il y a des problèmes qui peuvent être liés au gouvernement/cartels, mais les touristes ne sont que très rarement la cible. J’ai passé de très bons moments avec les mexicains que ça soit lors des fêtes de famille, sur une terrasse, ou dans un cours de danse improvisé lors d’un pique-nique entre amis. De merveilleux souvenirs ! Puis les mexicains sont toujours prêts à rendre service et sont très heureux de partager leurs coutumes. Il suffit de s’ouvrir et de montrer qu’on s’intéresse. 

 

Crédit photo : Les vadrouilles de Tisia.

 

Un conseil à donner pour une aventure en solitaire ? Tentez vraiment le voyage en solo, c’est une très bonne thérapie ! Sachez que vous ne serez jamais vraiment seule. Il y a toujours l’opportunité de se faire des amis (locaux ou voyageurs) et de partager un bout d’aventure. Sachez vous écouter, si vous vous sentez inconfortable face à une situation alors passez votre chemin. Quant aux précautions à prendre c’est comme partout, ne pas se balader avec une grosse somme d’argent, essayer de la dispatcher à plusieurs endroits. Lors des transports, gardez une pochette avec vos documents sur vous en dessous d’un vêtement par exemple.

Négociez les prix avant de monter ou d’arriver à destination pour ne pas avoir de mauvaise surprise. Écoutez les conseils des autres voyageurs et des locaux. Moi je demande à plusieurs personnes pour évaluer la situation et voir si les conseils ou mise en garde sont justifiées. J’aime bien être avec les locaux ça fait partie de l’aventure et ils peuvent vous faire découvrir des choses vraiment inédites. Mais encore une fois écoutez vous et sachez dissocier le vrai du faux ! 

 

Bref, vous l’aurez compris voyager seule en tant que femme c’est une expérience de vie incroyable, qui nous apporte une ouverture d’esprit, une sincérité et une humilité qui fait du bien. Si vous hésitiez encore à partir, j’espère que cet article et ces différents témoignages vous auront aidé !

 

Lire d’autres articles : La Suisse en Van | La Tanzanie en train | Le Vietnam en solo

 

 

 

Une petite note ?
Share This