Article 0

Dans tout l’aménagement de notre Defender, l’électricité était probablement l’étape qu’on redoutait le plus. Nous ne sommes pas électriciennes et ça nous faisait peur d’avance de ne pas tout comprendre et de faire les choses mal. Mais au final quand on fait des recherches, qu’on creuse et qu’on prend le temps de comprendre, on peut s’en sortir ! J’ai compilé toutes les info que j’ai pu glaner à droite à gauche pour vous les partager dans cet article. Plein de conseils de la part d’une débutante pour vous aider à gérer l’électricité dans votre van.

 

 

L’ÉLECTRICITÉ EN VAN | SOMMAIRE

(Cliquez directement sur un chapitre pour y accéder ou faites défiler l’article en entier pour tout lire.)

NOTIONS DE BASE
SCHEMA ÉLECTRIQUE
DÉFINIR SES BESOINS
PANNEAU SOLAIRE
BATTERIE AUXILIAIRE
CONVERTISSEUR
ACCESSOIRES INDISPENSABLES
CONSEILS PRATIQUES

 

 

| Comprendre les notions de base, l’électricité pour les nuls

Comment ça fonctionne l’électricité? Pour faire très simple c’est un courant qui voyage à travers certains matériaux, comme le cuivre pour délivrer de l’énergie à un appareil électrique et ainsi le faire fonctionner. Voici quelques termes à avoir en tête avant de se lancer dans une installation électrique.

➡️ Les volts. C’est la mesure de la tension du courant, ça peut être 12v dans l’automobile ou 220v dans les prises domestiques en Europe. Son symbole est V.

➡️ Les ampères. C’est la mesure de l’intensité du courant, autrement dit la quantité d’électricité qui passe dans un circuit à un instant T. Son symbole est A.

➡️ Les watts. C’est la mesure de la puissance du courant, c’est donc la puissance nécessaire à un appareil pour fonctionner. Son symbole est W.

➡️ Les câbles. C’est par eux que le courant électrique voyage, il faut donc bien choisir leur diamètre et leur taille selon l’intensité du courant qui va passer dedans. Si jamais l’intensité d’un appareil est trop forte pour le câble par lequel l’électricité passe, alors vous risquez la surchauffe voir l’incendie.

➡️ Les fusibles & les disjoncteurs. Ils sont là pour protéger le circuit électrique. Quand l’intensité qui passe est trop forte (un appareil trop puissant par exemple), le courant se coupe grâce à eux. Si c’est un fusible alors un fil fond littéralement pour empêcher l’électricité de passer, il faudra donc remplacer ce fusible. Si c’est un disjoncteur à levier alors ça saute tout simplement, il faudra alors le remettre en route (sachant qu’il sautera à nouveau si l’intensité est toujours trop forte).

➡️ Continu ou alternatif. Il y a deux courants en électricité, le courant continue qui va toujours dans le même sens, du + vers le -. Le courant alternatif au contraire change de sens.

 

électricité en van

 

| Schéma basique de l’électricité dans un van, fourgon ou 4×4

Ce qui va apporter l’électricité dans votre van, c’est votre batterie. Elle se charge et se décharge par cycle. La durée de vie d’une batterie se compte du coup en cycle. Dans votre véhicule vous pourrez avoir deux batteries différentes : la moteur et l’auxiliaire. La batterie moteur est celle qui vous permet de démarrer le véhicule notamment puis de l’alimenter en électricité pour les lumières intérieures ou les phares par exemple. Cette batterie là se charge quand le moteur tourne grâce à l’alternateur. Mais elle ne supporte pas d’être déchargée totalement, c’est pour ça qu’elle “meure” quand vous oubliez vos phares.

La batterie auxiliaire elle, supporte de nombreux cycles de charge & décharge. C’est elle qui apporte l’électricité à la cellule de votre van / 4×4 / camping-car pour alimenter des prises, des lumières ou encore un chauffe eau, même lorsque vous êtes à l’arrêt. Mais cette batterie ne se recharge pas toute seule !

Vous avez 3 solutions pour avoir de l’électricité en van et ainsi recharger la batterie auxiliaire :

  • Etre branché en secteur : c’est le cas de beaucoup de camping-car par exemple, qui ont une prise à l’extérieur du véhicule sur laquelle ils viennent se brancher lorsqu’ils sont à l’arrêt (dans un camping par exemple). Une fois qu’on est branché on peut utiliser tout son système électrique en direct.
  • Utiliser l’alternateur du véhicule : l’alternateur c’est ce qui vous permet d’avoir de l’électricité de base dans votre voiture, en utilisant votre batterie moteur. Grâce à ça vous pouvez avoir des lumières et charger vos appareils en roulant. Si vous couplez votre batterie moteur à une batterie auxiliaire via un coupleur séparateur, l’alternateur pourra recharger en roulant votre batterie moteur mais aussi votre batterie auxiliaire. Vous pourrez ensuite utiliser cette dernière à l’arrêt jusqu’à sa décharge minimale acceptée. Tant que vous roulez, vous rechargez votre batterie. Mais si vous ne roulez pas pendant plusieurs jours, vous comprenez que la recharge ne se fera pas.
  • Avoir des panneaux solaires : dernière solution, celle qui permet d’être très autonome, c’est d’utiliser l’énergie solaire. Les panneaux créent de l’énergie qui est envoyée vers la batterie auxiliaire, qui peut ensuite stocker cette énergie. L’électricité se créant grâce au soleil, tant que la météo est bonne la batterie continue donc de se charger. Même si vous restez plusieurs jours sans bouger au même endroit !

 

électricité en van

 

La meilleure solution selon moi ? Coupler les panneaux solaire et le duo batterie moteur / batterie auxiliaire. En gros votre batterie auxiliaire sera remplie par la puissance du soleil avec les panneaux solaires et en plus par l’alternateur de la voiture via la batterie moteur lorsque vous roulez. Vous avez donc plus de chance d’avoir une batterie toujours à 100% de sa charge ! C’est le système qu’on a dans notre Defender.

Faire un schéma de votre installation électrique est super important pour faire les choses bien, comprendre votre système et ne rien oublier ! Il faut penser à l’emplacement de vos appareils, de vos interrupteurs, de vos fusibles, de vos prises, de votre batterie, etc. Ce schéma vous aidera également à déterminer le diamètre nécessaire pour vos fils, qui varie en fonction de la puissance de vos appareils et de la longueur du fil. Gardez en tête qu’il faut réduire au maximum les distances entre votre panneau électrique et vos prises / interrupteur pour ne pas perdre trop d’énergie et ne pas avoir à mettre des fils énormes.

Exemple avec le schéma électrique de Louise & Julien mon-fourgon-amenage.fr, dont le blog nous a aidé à comprendre beaucoup de choses lors de notre aménagement ! (Pour l’isolation, l’eau, le gaz, ect.. je vous conseille d’aller faire un tour sur leur site).

| Définir ses besoins (et son budget)

La chose la plus importante à faire quand vous arrivez à l’étape de l’électricité, c’est de définir vos besoins électriques. Eh oui parce que selon si vous n’avez besoin que d’alimenter quelques ampoules ou au contraire plusieurs ordinateurs et du chauffage par exemple, vos besoins ne vont pas être les mêmes. Les produits que vous devez acheter seront donc différents car leur puissance (et leur prix au passage) sont très changeants. Pour définir vos besoins, c’est assez simple!

Munissez vous d’un papier et d’un crayon et faites un tableau à 4 colonnes, comme le mien (qui  n’est pas complet ici) 🤓

 

APPAREILCONSOMMATION (en watts)

TEMPS D’UTILISATION (heure par jour)

CONSOMMATION TOTALE (Watts par jour)
Ordinateur 1852170
Ordinateur 245290
Téléphone 115230
Téléphone 215230
Appareil photo 17,517,5
Appareil photo 213113
Ampoule led 15210
Ampoule led 25210
Pompe à eau25125


Dans ce tableau vous allez lister tous les éléments qui vont nécessiter de recevoir de l’énergie électrique et leur besoin en puissance (téléphone, ordinateur, appareil photo, mais aussi pompe à eau, éclairage ou encore ventilateur, il ne faut rien oublier). Pour faire ça vous allez simplement prendre tous vos chargeurs et trouver dans les petites écritures la puissance en W (Watts). Puis vous allez noter approximativement le nombre d’heures que vous pensez utiliser vos appareils par jour. Cette puissance multipliée par cette durée donnera la consommation par jour en Wh/jour.

 

électricité en van

 

Petite formule à garder en tête : P = U x I. Autrement dit Puissance (Watts) = Unité (Volts) x Intensité (Ampères) (Et I = P / U)

 

Cette formule vous aidera si vous n’arrivez pas à trouver tous les éléments pour faire vos calculs. A savoir que sur un chargeur, s’il n’y a pas écrit la Puissance en Watt, il vous suffit de multiplier l’Unité par l’Intensité en OUTPUT. Exemple ici avec mon ordinateur qui a sa puissance écrite, mais si jamais elle n’y était pas il me suffisait de faire 20 x 4,25 ce qui est bien égal à 85 W.

Par exemple pour un ordinateur dont la puissance est de 85W, chargé 2h par jour, ça donnera une consommation de 170 Wh/jour. Pour un téléphone dont la puissance est de 15W, chargé 3h par jour, ça donnera une consommation de 45 Wh/jour. Une fois que vous avez additionné tous ces appareils, vous arrivez à une consommation totale par jour, par exemple 485 Wh/jour. Cette indication va vous aider à choisir votre panneau solaire et votre batterie auxiliaire, je vous explique ça juste après !

A savoir que les appareils les plus énergivores sont : le frigo, les plaques électriques ou encore le chauffage électrique. Evitez les deux derniers au maximum car vos besoins d’énergie exploseraient. Pour le frigo, faites bien attention à sa puissance et à sa consommation lors de votre choix d’installation électrique. Il existe des frigo à absorption (utilise le gaz et l’électricité) et des frigo à compression (utilise seulement – et fortement du coup – l’électricité). Ca sera l’une de vos plus grosse source de consommation !

Ne pas hésiter à sur estimer ses besoins en énergie pour être sur d’être autonome.

 

| Choisir son panneau solaire

Maintenant que vous avez déterminé votre consommation journalière d’électricité (qui n’a pas besoin d’être exacte exacte mais faites au mieux pour ne pas vous tromper dans votre achat), vous allez pouvoir définir quelle puissance de panneau solaire vous avez besoin. Car oui, il y en a de toutes les puissances et pour tous les besoins !  Voici un petit tableau pour vous aider à y voir plus claire, en prenant une moyenne assez haute d’ensoleillement (clairement si vous partez faire les pays froids en hiver, il faudra peut-être prévoir plus).

 

Consommation d’énergie journalièreBesoin en puissance solaire
200 Wh/jour115 W
350 Wh/jour150 W
420 Wh/jour230 W
720 Wh/jour345 W
920 Wh/jour450 W
1200 Wh/ jour (1,2 kWh/jour)700 W

 

 

En gardant mon exemple personnel avec ma consommation journalière estimée à 485 Wh/jour, il me faudrait donc un peu plus de 230 W de panneau solaire. Mais en fait pas vraiment (et là vous vous dites, elle est entrain de nous perdre). Ahah non, restez bien là c’est assez simple. J’aurai besoin d’un panneau solaire d’une puissance de 230 W, SI ma batterie se recharge SEULEMENT grâce au solaire. Or, dans mon installation je vous ai parlé d’un fameux coupleur / séparateur qui permettait de relier ma batterie auxiliaire à ma batterie moteur qui est elle-même reliée à l’alternateur de mon véhicule.

Ma batterie n’est donc pas seulement alimenté par le solaire, elle est aussi alimentée par l’énergie de mon alternateur à chaque fois que je roule. Donc, si jamais je mets un panneau solaire un peu plus petit que celui indiqué dans le tableau, comme un 150 W, je pourrai tout de même être autonome en électricité du moment où je roule un peu chaque jour (rien qu’une heure par jour suffirait). Les W manquant sur mon panneau solaire me pénaliseraient pour les jours où je ne roule absolument pas, car il prendrait plus de temps à remplir ma batterie. Compris ?

Choses à savoir concernant les panneaux solaires :

  • Les panneaux solaires utilisées pour les véhicules sont des panneaux photovoltaïques. Il en existe pour d’autres utilisations des hybrides et des thermiques. Le panneau fonctionne en captant la lumière du soleil pour la transformer en électricité.
  • Il existe également des panneaux monocristallin ou polycristallin. Le premier est à favoriser car son rendement est meilleur.
  • La production d’énergie sur les panneaux varie beaucoup selon les saisons, les pays, la puissance d’ensoleillement mais aussi selon l’inclinaison et l’orientation des panneaux.
  • Votre panneau sera donc plus productif en Afrique par exemple qu’en Europe du Nord. Là où un panneau pourrait suffire au Maroc, il en faudrait peut-être 1,5 en Norvège (ce n’est pas un chiffre réel, c’est juste pour vous faire comprendre).
  • Pour être au maximum de sa puissance un panneau solaire doit être exposé au sud et incliné à environ 30 degrés par rapport à l’horizon. Avec un van ou un 4×4 votre panneau sera toujours sur votre toit, exposé au maximum au soleil tout au long de la journée. Pour avoir un meilleur rendement, quand vous vous arrêter, pensez à le mettre en direction du sud et à l’incliner si vous avez un système qui le permet (pensez-y lors de votre installation, cette possibilité d’inclinaison peut tout changer lorsque vous êtes à l’arrêt).
  • Lors de l’aménagement de votre véhicule pensez bien à définir l’espace disponible sur votre toit pour y mettre le (ou les) panneau solaire. Plus vous aurez besoin de puissance, plus il vous faudra de panneaux solaires (ou un seul mais de plus grosse taille).
  • Il existe des panneaux solaires rigides et des panneaux solaires souples. Selon où vous les placer (directement sur votre toit, sur une malle, sur une tente de toit, etc), vos besoins pourraient être différents. Les panneaux souples sont plus légers, plus mobiles et plus fins mais aussi souvent plus cher et avec un rendement légèrement inférieur aux rigides.
  • Pour poser un panneau solaire sur un toit il faudra la plupart du temps utiliser des coins de fixation pour bien le caler (collés au véhicule). Mais aussi ce qu’on appelle un passe toit, qui permet de faire passer les câbles du panneau solaire à travers le toit du véhicule pour rejoindre la batterie auxiliaire, tout en étant protégé et étanche.

 

électricité en van

 

| Choisir sa batterie auxiliaire

Maintenant que vous avez calculé votre consommation d’énergie et votre besoin en panneau solaire, il va falloir choisir votre batterie auxiliaire ! C’est elle qui va se remplir d’électricité pour la garder bien au chaud jusqu’à ce que vous branchiez vos appareils sur les prises. La capacité des batteries s’exprime en Ampère / heure (Ah), encore un nouveau terme. 🤓 Pour savoir la puissance nécessaire pour votre batterie il va falloir faire un petit calcul.

Puissance minimum de la batterie = (consommation journalière divisée par 12 ou par 24) x 2.

Exemple pour nous : (485 / 12) x 2 = 80 Ah. Notre batterie auxiliaire achetée avec le véhicule étant une 75 Ah, on est tout juste pas mal !

➡️ C’est quoi 12 et 24 ? C’est simplement le voltage du circuit électrique qui va être mis en place dans le véhicule. Ca peut être du 12 volt ou du 24 volt, c’est vous qui choisissez. Mais toute votre installation électrique devra avoir le même voltage : panneau solaire, batterie ou encore convertisseur de tension. 24 étant plus puissant mais aussi plus cher du coup.

➡️ C’est quoi ce “x 2” ? Eh bien il faut savoir qu’une batterie auxiliaire ne doit JAMAIS être déchargée à 100%, car ça l’endommage et c’est irréversible. Ca casse également son nombre de cycle, autrement dit sa durée de vie (ça serait bête de devoir en acheter une neuve au bout de 6 mois parce que vous avez mal fait vos calculs). Le taux de décharge supporté par la batterie diffère selon son modèle.

Déjà, il faut privilégier des batteries à décharge lente, ça veut dire qu’elles vont mieux gérer les décharges profondes. Ensuite, il faut connaître les principaux modèles de batterie : plomb, AGM, gel et Lithium. Les trois premières supportent d’être déchargées à environ 50% de leur capacité avant de commencer à s’endommager alors que la dernière permet de se décharger jusqu’à 80%. C’est pour ça qu’on fait un “x 2” dans le calcul, parce que vous n’allez jamais utiliser la capacité de votre batterie totalement, pour la maintenir en vie longtemps.

Les batteries lithium ont une durée de vie plus longue que les autres (plus de 10 ans contre 5 en moyenne) mais évidemment, l’écart de prix est bien conséquent aussi. Les batteries au plomb sont les moins chers (c’est ce qu’on a d’origine dans notre véhicule), il faut bien les entretenir et éviter de trop les décharger pour les faire durer dans le temps. Elles acceptent environ 500 cycles de charge / décharge contre plus de 2000 pour les lithium. Prenez bien toutes ces informations en compte lors de votre choix de batterie !

 

| Choisir son convertisseur

Comme je vous l’ai expliqué précédemment, avec votre panneau solaire et votre batterie, vous allez créer du courant 12 volts (ou 24 parfois). Parfait pour recharger vos téléphones en usb ou d’autres petits appareils. Mais si vous avez besoin de brancher de plus gros appareils comme un chargeur de caméra ou d’ordinateur, il faudra alors avoir la même puissance qu’à la maison : du 220 volts. Pour passer du 12 au 220 volts il vous faut alors acheter ce qu’on appelle, un convertisseur électrique !

Les convertisseurs ont des puissances exprimées en Watt. Le nôtre par exemple fait 600 W ce qui est plutôt pas mal. Il faut encore une fois voir selon vos besoins, car si vous branchez trop de puissance en même temps sur votre convertisseur, ça va disjoncter. Nous par exemple avec nos deux ordinateurs qui consomment 45 et 85 W/heure, on est vraiment large pour les utiliser en même temps sur notre convertisseur ! Il serait en revanche impossible d’y brancher le robot mixeur qu’on a dans notre appartement, qui a une puissance de 800 W, ça ferait tout disjoncter.

A savoir qu’il existe deux types de convertisseur, les “pur-sinus” et les “pseudo sinusoïdales“. Le pur sinus permet d’avoir une électricité de bonne qualité, aussi qualitative que celle que vous avez à la maison. Le pseudo sinusoïdale par contre délivre une électricité de qualité inférieur à celui de votre maison. Conséquence, il va fatiguer plus rapidement les batteries de vos appareils. Les pur sinus sont plus chers à l’achat mais il vaut mieux les privilégier si vous partez sur du long terme !

 

| Les accessoires utiles

        1. Le régulateur solaire (ou régulateur de charge)

C’est un peu le cerveau de votre installation solaire et il est très important ! C’est celui qui assure la liaison entre le panneau solaire et la batterie auxiliaire. Il va simplement réguler la tension reçue pour ensuite la laisser continuer son chemin sereinement (c’est beau hein). Vous vous en doutez bien le soleil n’émet pas toujours la même puissance : parfois il est très puissant et d’autres fois un peu moins. Le régulateur va aider à contrôler cette puissance pour ne pas griller la batterie, qui ne supporte pas des variations trop fortes. Il aide à la préserver mais aussi à maintenir un certain niveau de sécurité. Il existe deux modèles : les PWM (simple et économique) et les MPPT (plus cher mais plus intelligent).

       2. Le coupleur séparateur

J’en ai déjà parlé dans l’article, le coupleur séparateur c’est l’accessoire super utile qui permet de relier votre batterie moteur à votre batterie auxiliaire. Ce qui fait que quand vous roulez, la voiture alimente les deux en même temps. Et quand vous ne roulez pas, il en est de même pour les panneaux solaires qui peuvent alimenter les deux batteries (et dans ce cas, votre batterie moteur ne devrait pas tomber à plat!).

      3. Le système d’affichage

Vous pouvez brancher un contrôleur de batterie, souvent relié à un écran ou à votre smartphone. Il peut servir à connaître en temps réel le niveau de charge de vos batteries, leurs tensions et même pour certains contrôleurs votre consommation d’énergie. Un bon accessoire pour ne pas tout faire à l’aveugle (surtout pour le niveau de charge des batteries!).

 

| Tout mettre en place, mise en pratique & conseils 

 

Petite mise en garde. Faire soi-même son installation électrique c’est totalement possible, mais il faut être prudent. Il peut toujours y avoir des accidents avec l’électricité, qui peuvent être graves. Si c’est un circuit 12 volts ça sera assez léger mais si c’est un circuit sur 220 volts alors il y a notamment des risques de brûlures internes ou externes. Il faut également prendre le temps de faire les choses bien et ne pas hésiter à demander conseil car une mauvaise installation peut engranger des courts circuits et donc, potentiellement un incendie.

 

– Conseils pour faire les choses bien et en tout sécurité 

➡️ Mettre en place un coupe circuit pour stopper toute son électricité. Si jamais il y a un problème, il faut pouvoir tout couper rapidement. Plutôt que de devoir directement enlever les fils aux bornes de votre batterie auxiliaire, il peut être plus judicieux de poser un coupe circuit au plus proche de cette dernière.

➡️ Penser à mettre des fusibles (ou un disjoncteur) sur chaque circuit que l’on créé. S’il y a un problème, les fusibles sautent car l’intensité reçu est plus forte que ce qu’ils peuvent supporter. Ca empêchera un court circuit et potentiellement un incendie. Il faut donc bien les inclure dans son schéma ! Une fois que le fusible à sauté, il est mort et il faut le remplacer (donc, toujours avoir un stock de fusible avec soi). Contrairement au disjoncteur qui, comme à la maison, saute, puis une fois qu’on a trouvé le problème, peut se remettre en marche.

⚠️ Il faut bien choisir ses fusibles pour qu’ils soient utiles et ne sautent pas pour rien. Un fusible a toujours un numéro correspondant à son ampérage limite. Ce chiffre doit être supérieur à l’intensité qui passe dans le câble auquel il est relié mais sans être trop grand pour permettre de garantir la sécurité en cas de surtension. Exemple avec une Led dont l’ampérage est de 0,5, vous pouvez mettre un fusible de 2A pour le protéger. Par contre si vous mettez un fusible de 20A alors il n’arrivera pas à détecter une surtension !

➡️ Ne jamais démonter un appareil qui est branché, ne pas manipuler un appareil avec les mains mouillées et ne pas accumuler les multiprises à outrance.

➡️ Enfin, il faut prendre le temps de bien comprendre et bien choisir ses matériaux. Le choix du dimensionnement des câbles est par exemple une étape très importante pour éviter une surchauffe, tout comme l’est le choix de la taille des fusibles ou des interrupteurs. Le but n’est pas de faire au plus rapide et au moins cher, mais plutôt au plus soigné et au plus sécuritaire.

➡️ Bien définir la taille des câbles nécessaires en prenant en compte la longueur dont vous avez besoin et la puissance qui va circuler à travers ces câbles. Pour vous aider il existe plein de tableaux sur internet (attention à bien regarder ceux qui correspondent à votre voltage). Il faut penser à utiliser un code couleur pour s’y retrouver : par exemple câble rouge pour le + et câble bleu ou noir pour le -. Ne pas oublier d’étiqueter ses câbles aussi, ça permet de savoir tout de suite à quoi ils sont reliés en cas de problèmes !

 

– On se lance !

Maintenant que vous avez votre panneau solaire, votre batterie et le reste, il va falloir tout mettre en place. Commencez par bien lister tous les éléments électriques qui vont être installés “à vie” dans le véhicule, les lumières & les prises. Prenez une grande feuille de papier et commencez à dessiner ces éléments les uns en dessous des autres pour y voir clair (donc, le nombre total de lumières et de prises nécessaires à votre installation). Dessinez ensuite vos câbles + et -, l’emplacement de vos interrupteurs et de vos fusibles jusqu’à relier la batterie. Ce schéma va vous aider à vous y retrouver lors de la mise en place ! Pour nous ça donne ça en gros :

 

 

Voici quelques outils bien utiles pour votre mise en place :

  • une pince à dénuder (indispensable)
  • une pince coupante (pour couper les fils à la bonne longueur)
  • un fer à souder (quand il faut notamment fixer des fils à des boulons)
  • une pince à sertir ou à cosse (pour fermer les cosses sur les fils, elles peuvent aussi faire pince à dénuder pour certaines!)
  • un multimètre (pour mesurer la tension)
  • de l’isolant (un adhésif pour protéger vos fils dégainés ou vos raccordements)
  • des gants de protection (même si le courant 12v ne tue pas, c’est toujours mieux de se protéger)

 

Maintenant il n’y a “plus qu’à” tout brancher pour de vrai !

Commencer par couper les fils à la longueur souhaitée et les poser à leur emplacement. Cette étape est à faire quand vous isolez votre van, car il va falloir cacher les fils derrière les meubles pour que ça soit propre ! Si vous le faites trop tard dans votre aménagement, ça risque de faire caca vu que les fils seront visibles.

Il faut ensuite dénuder les extrémités des fils pour qu’ils aient quelques centimètres “à nu“. Puis, il y a deux options :

  1. Venir mettre des cosses plates ou des cosses à oeillets sur l’extrémité du fil en les sertissant (c’est à dire en écrasant la cosse sur le fil pour qu’ils tiennent ensemble). Les couleurs des cosses n’ont aucun rapport avec les fils à mettre dedans, ça indique juste le diamètre de ces dernières. Les cosses s’utilisent quand votre appareil à connecter a des bornes à languette métalliques (ex interrupteur, porte fusible..).
  2. Ou alors venir mettre des dominos électriques grâce à un petit tournevis plat. Les dominos s’utilisent pour les appareils filaires, c’est à dire ceux qui ont déjà des petits fils souvent rouge et bleu qui sortent, comme les barres LED. Il suffit de rentrer le fil + dénudé du câble d’un côté du domino, puis de le serrer avec le tournevis et de rentrer de l’autre côté le fil + dénudé de l’appareil puis serrer. Faire de même avec les deux fils – et c’est tout bon !

Pour une protection optimale on peut mettre de l’adhésif isolant autour de nos cosses et autour de nos dominos.

Il faut ensuite insérer les interrupteurs dans votre circuit : pour ça on coupe avec une pince coupante le fil + qui relie notre appareil, à l’endroit où on veut poser notre interrupteur. On dénude les deux extrémités puis on vient leur mettre des cosses et les sertir. Il ne reste plus qu’à insérer les cosses dans les languettes métalliques de l’interrupteur et le tour est joué ! Ps : si c’est un interrupteur à LED, il y aura trois languettes, une supplémentaire pour faire partir un – vers la batterie ou vers la carrosserie, nécessaire pour que votre lumière marche. 

Enfin, on connecte le circuit au porte fusible pour le protéger. Pour ça on prend le fil + au plus près de la batterie et on refait la même manip que pour les interrupteurs : on coupe au niveau souhaité, on dénude, on sertis et on insère les cosses dans le porte fusible. On oublie pas de mettre un fusible du bon ampérage dans le porte fusible et le tour est joué. Il ne reste plus qu’à vérifier que ça fonctionne !

Petit exemple en schéma pour faire fonctionner une lampe qui doit être reliée à la batterie. On prend donc nos câbles + et – de la bonne longueur et du bon diamètre défini auparavant. On prend un interrupteur 12v (ou 24v selon la tension de votre circuit électrique) pour pouvoir allumer et éteindre notre lumière facilement. On prend un fusible pour protéger notre circuit et nos petits dominos pour relier les fils de la lampe à ceux de notre circuit :

 

électricité en van

 

Dernière manip à faire ! Sur mon schéma, j’ai fait en sorte de relier ma LED directement à ma batterie. En vrai, ce n’est pas le cas. Simplement parce que j’ai plusieurs lumières et plusieurs prises dans mon circuit : je ne peux donc pas avoir 10 fils qui arrivent à ma batterie. Il faut donc les relier entre eux entre mon porte fusible et ma batterie, à l’aide de connecteurs (des barrettes ou des wago) ! Pour ça on regroupe tous nos fils + qui sortent du porte fusible pour aller à la batterie, on dénude leurs bouts et on les insère dans un connecteur. Pareil pour les fils – selon votre schéma. Pour plus de protection on met ce connecteur dans une boite de dérivation. Désormais, de 10 fils je passe à un seul qui sera lui, relié à la batterie.

 

Voilà pour cet article assez complet je pense sur comment installer l’électricité dans son van / fourgon / 4×4. J’espère avoir pu vous aider, n’hésitez pas à poser vos questions en commentaire ! Pour info, on y connaissait vraiment rien à l’électricité et ça nous faisait un peu peur. Mais en prenant le temps de faire des recherches et de tout comprendre, on a réussi !

 

Découvre d’autres articles sur le blog : Isoler son van | Traiter la rouille d’un véhicule | Choisir son véhicule aménagé

 

 

 

 

Une petite note ?
Share This