Article 0

Après avoir fait un bilan pour 2017, année de naissance de mon blog, puis pour 2019, année riche en voyage, je continue ma lancée en faisant mon petit bilan de l’année 2020 ! Un bilan assez particulier, avec pas mal de réflexions, de nouveaux projets mis en place pour rebondir d’un point de vue professionnel mais aussi pour continuer de voyager d’une manière un peu différente. C’est le moment de faire le point, bonne lecture.

Est-ce que je sors mon bilan 2020 alors qu’on est déjà en avril 2021 ? Oui totalement.

 

Eh oui, j’ai titré 2020 comme étant une année “particulière“. Je sais que pour certains ça a été une année horrible, entre ceux qui ont perdu leur travail, ceux qui ont perdu des proches, ou ceux pour qui la solitude du confinement a été très néfaste. Tout au long de cette année j’ai pensé à ces gens là, pour qui la vie n’était pas des plus tendres. Mais à côté de ça je sais aussi que certains ont utilisé cette année à bon escient, pour éveiller leur conscience, pour développer leurs projets. J’ai eu envie de faire partie de ces gens là. J’ai eu la chance de n’avoir aucun proche malade de ce fichu virus, ni malade tout court.

Alors oui les plans chamboulés ont atteint mon moral, j’ai eu comme beaucoup de monde mes moments de crises d’angoisses, de remises en questions, de “y en a trop marre de cette situation“. Le plus dur c’était de ne pas pouvoir se projeter. Souvent quand les choses ne sont pas top dans la vie, on se raccroche à “l’après” : on se dit que dans X temps il se passera X chose et du coup ça ira mieux, ça nous porte vers l’avant. Sauf que là pendant des mois on ne pouvait pas dire à quel moment il allait se passer telle ou telle chose (et d’ailleurs à l’heure où j’écris ces lignes on ne peut toujours pas être sur à 100% du futur proche).

Mais malgré ces moments là, comme depuis quelques années, j’essaye d’utiliser les moments plus compliqués pour les transformer en quelque chose d’utile et de positif. Pas forcément quelque chose d’incroyable mais quelque chose qui va me satisfaire. C’est ce que j’ai voulu faire pendant cette année 2020. Je n’ai pas pu voyager et faire de nouveaux reportages comme j’aime tant le faire, mais je me suis renouvelé, j’ai arrêté de procrastiner (#THEmotde2020), j’ai pris le temps de réfléchir et de bosser sur des choses différentes. Allez, assez blablater, let’s write about 2020 ✌🏻

 

 

fanny et ibra

 

| Mes objectifs pour 2020 ont-ils été tenus?

 

  • Diffuser Humanité sur le web, dans des festivals, dans des projections à travers la FranceOUI & NON ✔

Après être partie au Kirghizistan, en Tanzanie et en Haïti à la fin de l’année 2019 pour réaliser les trois premiers épisodes de ma série documentaire “Humanité”, j’ai passé le début de mon année 2020 enfermée pour boucler leur montage. Des semaines de travail, seule derrière mon ordinateur, pour créer 3 documentaires de 52 minutes chacun. Un boulot de titan, que j’ai tellement aimé faire. J’avais beau faire des journées de dingue, j’aimais tellement ça que je n’avais pas l’impression de tant travailler au final !

Le projet est vraiment devenu officiel lors d’une belle avant-première dans un cinéma à Paris, devant un public. Un moment fou, un rêve littéralement de pouvoir diffuser mes images sur un grand écran, regardé par mes proches mais aussi par des inconnus. J’imaginais ce moment depuis que j’ai décidé de réaliser mes reportages en étant indépendante et sans équipe. Bref, c’est la séquence émotion, mais pour de vrai, cette série et cette avant première c’est quelque chose de vraiment incroyable pour moi 🙂

Le 20 février avait donc lieu l’avant-première et l’épisode 1 sortait officiellement sur Youtube & Facebook le 23 février 2020 ! Presque un an plus tard, chaque épisode à dépassé les 35 000 vues cumulées et le projet entier a dépassé les 140 000 vues… c’est assez fou 😇. Alors oui ce ne sont que des chiffres et ce n’est pas une course à ces derniers. Mais on ne va pas se mentir, c’est une magnifique récompense d’avoir tous vos retours et vos commentaires sur les documentaires. Et puis ça donne une certaine légitimité à mon travail pour la suite !

Ma série a donc été diffusée sur le web, projetée à Paris et même sélectionnée pour le No Mad Festival, le festival du voyage responsable de Cergy Pontoise. Une magnifique reconnaissance, bien que le C*vid a évidemment tout chamboulé ! Mon objectif n’est pas complètement bouclé car sans le virus, j’aurai adoré pouvoir faire d’autres projections en France pour vous rencontrer et échanger avec vous. J’avais d’autres cinémas intéressés pour diffuser les épisodes, mais rien n’a pu se concrétiser. Ce n’est pas grave, le plus important c’était surtout de pouvoir rendre les épisodes disponibles gratuitement pour tous sur les réseaux sociaux !

 

 

Après des années sans vraiment oser m’y mettre, j’avais envie de réellement m’investir sur Youtube car c’est une plateforme que j’aime de plus en plus. Il y a tellement de contenu pour tout le monde, pour apprendre, pour se divertir, pour s’évader. Je voulais donc prendre en main ma chaîne que j’avais créée en 2009 mais sans jamais rien en faire d’incroyable. Mon but n’est pas de sortir une vidéo par semaine à tout prix, de faire des vidéos juste pour dire que je fais des vidéos ou encore de gagner une notoriété incroyable. J’ai juste envie de m’installer sur une plateforme où je me sens libre de partager mes documentaires, en espérant qu’ils soient utiles à une certaine génération.

J’ai envie de parler de sujets importants et de donner la parole à des personnes autour du monde qui veulent faire passer des messages. Comme tout, le développement de ma chaîne a été bien freiné par le Coco : sans pouvoir aller à l’étranger pour réaliser de nouveaux documentaires, difficile de proposer du contenu. Mais la diffusion d’anciens reportages, de ma série “Humanité” puis de la naissance du projet “Joe” m’ont tout de même aidé à faire grandir la chaîne.

Je termine 2020 avec 3300 abonnés sur ma chaîne, alors que je n’en avais même pas 500 au début de l’année (c’est difficile de grandir sereinement sur Youtube sauf si on fait le buzz, mais ce n’est pas du tout mon envie donc j’accepte d’être patiente) et avec des vidéos qui commencent à trouver leur public. Ce n’est pas incroyable non plus mais moi ça me suffit, on fait les choses doucement mais surement et le travail paiera 🙂 Objectif 2021 : avoir 10 000 abonnés Youtube et avoir proposé de nombreux reportages tout au long de l’année ?

 

  • Trouver les fonds pour réaliser les trois derniers épisodes de la première saisonPAS VRAIMENT 🤷🏻‍♀️

Je dis “pas vraiment”, car je n’ai pas encore eu l’occasion de les chercher en fait. Après le joli succès des trois premiers épisodes de la première saison d’Humanité, je me suis mise au travail de bosser sur trois nouveaux épisodes : trois nouveaux thèmes, trois nouveaux pays et trois nouveaux voyageurs avec qui partir. Un travail de titan car autant pour les trois premiers j’avais pris la facilité d’aller dans des pays que je connaissais déjà un peu, autant pour les trois suivants je pars vraiment de zéro et je dois trouver des contacts, leur expliquer mon projet et ma démarche puis tout organiser sur place (à distance).

Un travail de recherche qui n’est, encore une fois, pas aidé par le Coco car beaucoup d’organismes ne se voient pas accueillir d’étrangers avant un long moment, ce qui est bien compliqué pour mon organisation. Je prends donc bien le temps, j’avance petit à petit et affine les différentes possibilités. J’essaye aussi de prendre contact avec différents voyageurs du web pour leur expliquer le projet et faire en sorte qu’ils en fassent parti, mais pareil, certaines personnes sont bien difficiles à contacter quand tu ne les connais pas personnellement. Je continue de bosser et je ne baisse pas les bras. 2021 sera l’année de la suite d’Humanité j’en suis sûre !

 

 

  • Réaliser un nouveau défi sportifNON ✔

Eh bien clairement non. Après avoir bouclé le marathon de Paris en 2019, un défi un peu fou que je m’étais fixé pour réussir à retrouver la forme (et au passage perdre quelques dizaines de kilos, oui oui). J’avais envie de continuer sur la lancée en 2020 en relevant un nouveau défi. J’avais commencé à faire des recherches et je voulais m’orienter vers un sport différent que la course : soit du vélo, soit du triathlon, ou quelque chose dans le genre. Certaines évènements avaient l’air vachement cool pour se dépasser physiquement. Ca ne sera pas pour cette année mais pas grave, je le garde dans un coin de ma tête pour plus tard !

 

| Kisongo, mon petit poulain parti trop vite

02 janvier 2020. L’année commence à peine, une nouvelle décennie avec. Voilà plusieurs mois déjà que ma jument Kalinka, que j’ai depuis 13 ans, fait grandir un petit être dans son ventre. Une grossesse surprise mais au final que j’accepte et attend avec impatience. J’avais toujours rêvé d’avoir un(e) descendant(e) de ma belle jument mais je n’osais pas faire les “démarches” par peur de manquer de temps pour ce petit bout. Sa venue surprise m’étais alors apparu comme un coup de pouce du destin ! Le 02 janvier je reçois un appel vidéo de ma monitrice : ça y est, c’est le jour J, bébé arrive !

Je suis à plus de 2h de route de là mais je saute dans ma voiture pour arriver au plus vite. Je sais qu’au moment d’arriver il/elle sera déjà là mais en attendant, j’ai la chance de pouvoir tout suivre en direct à travers mon écran ! Le petit bout sort doucement du gros ventre de la maman, c’est un joli mâle tout noir. Une vraie beauté ! Une fois enfin arrivée, je suis tout de suite sous le charme. Il est tellement mignon, tellement beau et sa maman s’en occupe parfaitement. Elle m’autorise à l’approcher car elle me fait confiance, mais elle le protège de tout son corps.

2020 est l’année des K chez les chevaux, petit bébé aura donc un prénom qui commence comme sa mère ! Après plusieurs propositions, j’entends le nom “Kisongo” qui me touche directement. On m’explique que les Kisongos sont un groupe issu des Maasaï, peuple emblématique de Tanzanie dont je connais bien la culture. Tout est dit, il s’appellera Kisongo ! Le bonheur est intense, l’année 2020 commence d’une manière très forte.

Je profite de lui pendant ses premiers jours puis la mauvaise nouvelle tombe : il est beaucoup trop faible. Son système immunitaire n’est pas assez fort et alors qu’on pensait qu’il était né après terme, c’est en fait un petit prématuré. On n’avait pas de date exacte de conception car les gens qui s’occupaient de ma jument à l’époque ont été totalement malhonnête et me l’ont caché en espérant que ça ne prenne pas. Quand on l’a découvert ils n’ont même pas pris la peine de me donner la bonne date. On ne s’est donc pas inquiété quand il est né alors qu’on aurait pu, on aurait dû. Et les choses auraient surement été différentes.

 

 

Kisongo a dû aller à la clinique équine en urgence, accompagné de sa jolie maman K. Après plusieurs jours d’espoirs intenses, où j’allais le voir matin et soir pour profiter au maximum de lui, il s’est finalement éteint le 8 janvier 2020. Mon coeur s’est brisé en mille morceaux. Kalinka elle, n’a eu besoin que d’une seule nuit pour comprendre et faire son deuil. L’instinct animal et maternel, bien plus simple que nous et toutes nos émotions. Après une nuit passée à côté de son petit corps sans vie, elle a accepté et a arrêté de le chercher partout (alors qu’elle pétait un câble dès qu’il n’était plus collé à elle). Elle m’a tellement impressionné…

Moi c’était bien différent. J’ai pleuré tous les jours pendants des semaines. Et nous voilà un an plus tard, je pleure encore en écrivant ces quelques lignes, mais écrire me fait du bien. Je crois que mon coeur n’est toujours pas remis. J’ai du mal à accepter cette injustice. La beauté de voir un petit être naître, qui fait vraiment parti de la famille. Et le perdre aussi rapidement sans avoir la chance de le voir grandir et profiter de sa petite vie. Ca aurait tellement pu se passer différemment, j’en suis sûre, si certaines personnes avaient été honnêtes. Mais je garde précieusement les dizaines et dizaines de photos et vidéos que j’ai faite de lui pendant ses quelques jours de bonheur sur terre.

 

| La Suisse, seul voyage à l’étranger de 2020

Début mars, pour l’anniversaire de ma Charlie, je lui fais la surprise de l’emmener en Suisse.. en van ! Bon, elle a grillé ma surprise juste avant de partir, mais pas grave. Pour faire ce voyage j’ai fait un partenariat avec la marque Indie Campers, spécialiste dans la location de vans en tout genre mais aussi de camping-car, dans différents pays du monde. On avait déjà loué un van chez eux l’an passé pour aller faire le nouvel an dans les Dolomites et on avait adoré. Le plaisir de retrouver la vanlife qu’on aime tant, à travers des paysages magnifiques ! J’étais déjà venue en Suisse des tas de fois, mais c’était la première fois pour Charlie.

Il y avait beaucoup de neige et de nombreuses routes étaient du coup fermées. On a du s’adapter pour ça et ensuite à cause du Covid qui commençait à inquiéter tout le monde. Certaines activités qu’on voulait faire commençaient à fermer pendant notre voyage. On a donc finalement passé l’anniversaire de Charlie dans la région des Dents du Midi, que j’avais pu découvrir à pieds l’été d’avant. En profiter sous la neige était tout autant génial ! Avec le confort de notre van et la beauté des environs, on était bien loin des premières annonces faites en France.

On est finalement rentré la veille du confinement et on en a profité jusqu’à la dernière minute ! On ne se doutait pas que ça serait le seul voyage qu’on ferait à l’étranger de l’année. On se sentait dans notre bulle, dans un rythme de voyage qu’on aime tellement. Et on a essayé de garder ce sentiment là en nous pendant un bon moment après !

 

 

| Le confinement, inattendu mais productif

Ah ce confinement. Quand on voyait les Chinois être obligés de rester chez eux on se disait (en tout cas moi je me le disais), que ça n’allait jamais venir jusqu’à nous. Je devrais prédire l’avenir désormais 🤷🏻‍♀️ Bon, finalement c’est bien venu jusqu’à nous et le lundi 16 mars 2020 nous voilà confinés jusqu’au 11 mai. Une nouvelle assez dure à encaisser car j’avais des projets en tête pour la suite de ma série Humanité, mais aussi des voyages prévus en avril et en mai, en Namibie et au Sri Lanka. Une fois la désillusion passée je décide de faire en sorte que ce confinement serve à quelque chose.

Entre mon boulot et mes projets, je suis toujours à 100 à l’heure. J’ai plein d’idées en tête et beaucoup d’autres choses que je veux mettre en place mais sans avoir le temps de pouvoir le faire. Là, le temps était donné et obligatoire donc autant le mettre à profit ! Déjà d’un point de vue personnel j’ai pu lever le pied, prendre le temps de m’écouter et d’avoir du temps pour moi. Le fait d’être dans un chouette appartement à Aix en Provence et en compagnie de ma Charlie a évidemment beaucoup aidé. Contrairement à ceux qui se sont retrouvés seul ou dans des mini appartements, je me suis sentie bien chanceuse.

Ce confinement a aussi été l’occasion d’apprendre, de faire de nouvelles choses, de prendre le temps de faire des activités qui font du bien au moral. L’occasion d’arrêter de procrastiner, chose que je fais très souvent et que je voulais apprendre à mieux gérer. L’occasion aussi de ralentir sa vie, de souffler un peu, de faire le point et de penser un peu plus à l’avenir pour aspirer à de nouvelles choses. Bref, ce premier confinement a réellement été un point positif de mon année avec du recul même si la nouvelle était dure à encaisser au départ. Au déconfinement la perspective de retrouver une vie normale a fait beaucoup de bien, j’avais plein d’envie en tête et j’étais reboostée à 3000% pour tout mettre en place. (C’était sans savoir qu’un an plus tard on serait toujours dans la même m*rde mais bon).

 

| Ouverture de mon shop photo & refonte du blog

Quand je dis que le confinement a été productif, c’est une réalité ! J’ai pu prendre le temps de faire deux choses que je voulais faire depuis bien longtemps mais qui me demandaient des heures de boulot que je n’arrivais pas à trouver. Eh bien là j’ai pu m’y mettre à fond, me faire des plannings bien complets et passer des heures sur mon ordinateur pour finalement en ressortir deux choses : l’ouverture de mon shop photo et la refonte entière de mon blog.

Le shop c’est quelque chose qu’on me demandait depuis longtemps. Pouvoir imprimer et vendre mes photos était une idée vraiment motivante car en plus de simplement partager mes images sur les réseaux sociaux, savoir qu’elles pouvaient finir sur les murs des gens était assez fou. Alors j’ai pris le temps de mettre en page toute la partie shop, de choisir le bon partenaire pour imprimer les grands formats, de choisir les photos pour le catalogue et les prix qui correspondaient pour être accessibles à tous. Après quelques semaines de travail acharné j’ai pu annoncer la nouvelle et ma communauté a été d’un soutien merveilleux !

 

 

Les commandes se sont enchaînées, pour des petits comme pour des très grands formats. J’ai pu commencer à prendre un énorme plaisir à recevoir les commandes, les traités et savoir que mes images étaient en route pour les clients. Je suis vraiment contente d’avoir enfin eu le temps de mettre le shop en place. Maintenant que c’est fait il n’y a plus qu’à faire un roulement des collections photos, à en rajouter de nouvelles et à faire des petites mises à jour qui ne demandent pas beaucoup de temps.

Tant qu’à bosser sur le blog j’ai aussi pris le temps de refaire entièrement son interface pour que ça soit plus joli, plus clair et plus moderne. L’occasion de retravailler et améliorer chaque article déjà écrit et leurs photos. Une lourde tâche car ça représente des dizaines et des dizaines d’articles et donc de nombreuses heures de travail. Mais mon blog étant une de mes sources de revenus, ce temps était plus que nécessaire ! Désormais l’expérience utilisateur est bien plus agréable et je suis contente du résultat.

 

| Organisation de mon premier stage photo

Je n’avais pas prévu d’organiser un stage photo si rapidement mais la demande a été forte et je me suis dis pourquoi pas tenter ! J’ai donc décidé d’accompagner six débutants pendant 5 jours pour leur apprendre toutes les bases de la photo. Ca faisait longtemps que je voulais transmettre ma passion pour l’image mais je n’osais pas trop. J’ai finalement bien fait de le faire car ça a été une super belle expérience et la progression de mes “élèves” a été réelle !

Nous avons passé 5 jours dans un cadre magnifique, au milieu de la nature et sous le soleil du sud de la France dans un gite avec piscine. Les ateliers se sont déroulés dans différents lieux pour apprendre de nombreuses techniques photos : au bord de la mer, au coucher de soleil, à l’intérieur d’une Abbaye, etc. Au programme : les réglages manuels, comment choisir son matériel, comprendre la vitesse, l’ouverture et la profondeur de champs, les notions de cadrage et de mise en valeur du sujet, la photo basse lumière, la photo de nuit, les bases de la retouche photo, etc. Bref un programme très complet !

 

 

PETIT BILAN. Ce premier stage photo est passé beaucoup trop vite et cette semaine était un vrai bonheur : rencontrer 6 inconnus pour leur transmettre ma passion pour la photo tout en profitant d’endroits magnifiques autour de là où j’ai grandi, vers Montpellier. Je n’aurai jamais pensé ajouter (encore) une nouvelle casquette à mon métier qui est si diversifié, mais voilà que je suis officiellement devenue prof 😜. Moi qui n’était pas des plus attentives en cours, j’ai essayé d’être la plus pédagogue possible pour faire progresser mes élèves !

Apprendre l’ouverture du diaphragme, la vitesse d’obturation, la profondeur de champs ou encore la ligne des tiers, ce n’est pas ce qu’il y a de plus sexy quand on veut apprendre la photo. Et ça peut vite en décourager certains ! Mais les 6 petites têtes qui m’ont accompagné lors de ce premier stage ont été super attentives et ont pu progresser tout en s’amusant. J’espère juste qu’ils ne repasseront pas au mode tout automatique au final 😂

Merci Elliot, Coralie, Arielle, Marie Aline, Véronique & Melani pour cette belle semaine et pour votre confiance 🥰

 

| Un été en France et de nombreuses rencontres en route

Sortie de la première phase de la pandémie je n’avais pas envie de sortir de France car j’avais encore beaucoup de travail et l’envie de profiter de mon beau pays dans lequel je ne suis pas si souvent ! J’ai donc profité de mon été pour vadrouiller un peu et pour rencontrer ou retrouver des voyageurs avec qui j’avais envie de passer du virtuel des réseaux sociaux au réel de la vraie vie.

J’ai pu profiter de la région d’Aix en Provence en compagnie d’Eric et Joana (@desfenetressurlemonde), Vanessa (@leblogcashpistache), des Gorges du Verdon avec Camille et Thomas (@leonledaron) ou encore des magnifiques Pyrénées avec Delphine et Maxime (@entre2poles) et Camille et Iliès (@artisandedemain).

 

 

Pour mes 25 ans Charlie m’a fait la surprise de m’emmener dans un magnifique coin de verdure dans le Verdon puis de me faire réaliser l’un de mes rêves : sauter en parachute ! C’était juste incroyable et tellement plein d’adrénaline. Je n’en reviens toujours pas de l’avoir fait mais je suis fière de moi. J’ai géré ma peur du vide pour vivre une expérience de folie. On en a aussi profité pour aller randonner dans un de mes endroits préférés de France : le Mercantour ! Une petite pépite pour faire des bivouacs en pleine nature face à des paysages de fou.

 

 

C’était un été plaisir et rempli de belles rencontres. Un été pour simplement profiter avant de reprendre les voyages !

 

| La décision d’acheter un Defender pour voyager en Afrique

Le confinement a été une réelle source de reflexion et de projection pour “la suite”. J’ai beau avoir envie de vivre au jour le jour, j’ai quand même besoin de me projeter. Avant la pandémie, dès que je n’avais pas de voyages ou de projets prévus pour les mois suivants, ça m’angoissait un peu. Car je n’aime pas rester longtemps sans bouger, sans découvrir de nouvelles choses, sans être passionnée par des projets. Mais le confinement m’a appris à me poser, à ne rien faire justement et à accepter de ne rien pouvoir contrôler.

Malgré ça, j’avais des envies de voyage au long terme depuis un moment et la pandémie a accéléré ces envies. Après mon tour du monde, je voulais repartir de nouveau pendant un long moment mais d’une manière différente. Après plusieurs aventures en van ou avec ma voiture, le fait de partir avec un véhicule aménagé m’attirait de plus en plus. J’en ai donc longuement parlé avec Charlie qui était aussi partante pour une longue aventure mais plutôt en mode sac à dos au départ.

L’idée de sauter de pays en pays en avion est ce qui nous a finalement repoussé et on est plutôt parti pour une aventure en 4×4 à travers le continent africain. Ce projet c’est un mix de beaucoup d’envies : une liberté énorme, un train de vie lent, un voyage au long cours, la possibilité de changer de jardin chaque jour tout en ayant un « chez-nous » et puis enfin l’envie de pouvoir aller rencontrer plein de personnes pour découvrir plein de cultures sur un continent cher à notre cœur !

 

defender aménagé overland afrique

 

Derrière ce projet il y a un but éducatif, avec la réalisation de nombreux reportages en cours de route, diffusés sur YouTube, pour partager nos découvertes et nos rencontres et ainsi vous faire découvrir d’autres cultures du monde. Mais aussi un but solidaire avec l’envie d’aller parler écologie à un maximum de personnes qui n’ont pas forcément accès à toute l’information, pour tenter de sensibiliser à notre échelle. On va aménager Joe, notre Defender, de nos propres mains, pour faire en sorte de partir sur les routes le plus tôt possible ! Alors, prêts à nous suivre ? 🚍

 

| Objectifs pour 2021

Tourner au moins un ou deux nouveaux épisodes d’Humanité ➡ Après la sortie des trois premiers épisodes, l’année 2020 ne m’a malheureusement pas permise d’en réaliser de nouveaux. Pourtant je bosse sur la suite de la série depuis un moment et je n’ai qu’une hâte, pouvoir repartir sur le terrain pour créer de nouveaux documentaires. J’espère vraiment que l’année 2021 me permettra d’en tourner au moins un supplémentaire pour rester dans le bel élan du projet !

Terminer l’aménagement de notre Defender ➡ Maintenant qu’on a acheté notre maison sur roue pour notre future aventure en  Afrique, j’ai simplement hâte qu’on se mette à fond dans l’aménagement, qu’on le termine et qu’on parte sur les routes. C’est un vrai challenge pour nous car on y connaît rien en bricolage, on a jamais rien aménagé. Mais je connais de nombreuses personnes qui l’ont fait alors je sais qu’on peut aussi en être capable. Même si ça va prendre plus de temps qu’on ne le pense !

Commencer le voyage en Afrique et maintenir le rythme de réalisation de vidéos sur Youtube ➡ On espérait pouvoir partir à l’automne 2020 quand on a acheté Joe en juin 2020, mais c’était sans compter sur la pandémie qui a décidé de rester encore et encore. Au final ce n’est pas si mal car ça nous a permis de prendre notre temps, de faire les choses vraiment bien sans se presser et de remettre Joe sur pieds. On espère maintenant partir pour de bon à l’automne 2021 car même si Joe devrait être aménagé avant l’été, on reste en France pour juillet / août pour bosser, mettre des sous de côté et partir ensuite.

Au cours de cette aventure j’ai envie de créer beaucoup de contenu et notamment des vidéos sur ma chaîne Youtube. J’aimerai commencer avec un rythme de deux vidéos par mois pour tenter d’en faire une par semaine à terme (je ne sais pas si je vais réussir à avoir un rythme aussi soutenu avec tout ce que j’ai envie de faire en terme de photos, contenu pour le blog, vidéo, ma série, les autres projets, etc etc, mais on verra !).

 

électricité en van

 

Faire des projets concrets avec l’association Naonaï ➡ Encore une fois l’année 2020 nous a coupé l’herbe sous le pied et nos ambitions pour l’association Naonaï ont été compromises. On avait de nombreuses choses en tête mais la pandémie nous a empêché de travailler comme on le souhaitait. Il n’empêche, ça nous a permis de récolter un peu d’argent qui pourra être débloqué pour nos futurs projets et je suis sûre qu’on pourra faire des choses concrètes en 2021 avec ces fonds !

Ecrire un livre sur mon tour du monde ➡ J’en avais envie au retour de mon tour du monde mais je n’avais ni la motivation ni le temps. Cette année j’ai envie d’enfin le prendre ce temps et d’écrire le livre que j’ai en tête depuis si longtemps, le livre de récits et de conseils sur mon aventure en solo autour du monde. Si tout va bien, ça sera le cas à la fin de l’été 2021 !

Sortir mes cours photo en ligne ➡ C’est aussi un projet que j’ai commencé à faire fin 2020 mais que j’ai stoppé par manque de temps. Après l’organisation de mon premier stage photo cet été et plusieurs cours photos donnés en face à face, j’ai vraiment envie de pouvoir transmettre ma passion pour l’image à travers des cours en ligne qui serait disponible à n’importe quel moment. J’ai déjà tourné les deux premiers modules de ces cours, il n’y a plus qu’à faire la suite !

 

Une année 2020 bien particulière et une année 2021 qui s’annonce très riche en projets et en rencontres ! Hâte de voir ce que cette nouvelle année va me réserver ✌🏻

 

 

Une petite note ?
Share This