La Tanzanie est un pays d’Afrique de l’est qui fait rêver beaucoup de monde. La première chose à laquelle on pense en parlant de Tanzanie, ce sont évidemment les safaris et les beaux lodges, mais le pays ne se résume pas qu’à ça ! Il est aussi totalement possible de découvrir la Tanzanie en mode sac à dos, hors des sentiers battus et de manière responsable et solidaire. Alors que faire, que voir en Tanzanie? Voici quelques pistes pour vous aider à organiser un tel voyage par vous-même 😁

(Pensez bien à ouvrir les blocs “conseils” pour avoir toutes les infos pratiques !)

 

| Fiche d’identité 

 

 

 

| Morogoro

 

L’une des plus belles choses à découvrir à Morogoro sont les montagnes Uluguru qui culminent à 2600m d’altitude. Il y a de nombreux chemins possibles pour découvrir les montagnes et les points de vue sur les alentours mais aussi sur différentes cascades. Si vous êtes de bons randonneurs vous pouvez sans soucis y aller seuls mais sinon (et je le fais rarement car je suis plutôt du genre à découvrir les choses seules), vous pouvez faire appel à mon ami guide Moses. C’est un Maasaï qui habite toujours dans son village mais qui vient de temps en temps en ville pour faire découvrir les montagnes aux gens. Il les connaît par coeur et il a plein d’informations à vous donner sur les plantes et les villages alentours. En plus le long tracé qu’il propose est vraiment une merveille pour les yeux en terme de paysages !

 

 

Si vous venez à Morogoro, n’hésitez pas à aller faire un tour au parc national de Mikumi. Contrairement aux parcs du nord, celui-là est beaucoup moins touristique et moins onéreux. Pourtant on y retrouve une multitude d’animaux : éléphants, zèbres, girafes, lions, léopard, hippopotames, et bien d’autres.. Vous pouvez facilement trouver une agence sur place pour vous y amener à la journée ou en passant une nuit dans le parc.

 

 

Enfin, la ville de Morogoro est un bon endroit pour s’imprégner de la culture locale. Baladez vous dans ses ruelles calmes le matin et bondées l’après-midi, admirez les “Ikea” à ciel ouvert sur les bords de routes ou faites vous plaisir au marché local avec tous les tissus et bijoux fait mains. Depuis Morogoro vous pouvez aussi organiser une journée au parc de Selous, de Ruaha ou encore dans les montagnes d’Udzungwa (avec les impressionnantes cascades Sanje quand ce n’est pas la saison sèche). Bref, Morogoro est souvent oublié des voyageurs alors que quand on creuse un peu, il y a de chouettes choses à faire autour !

 

Clique ici pour voir les infos pratiques sur Morogoro !

Transports : Pour arriver à Morogoro depuis Dar Es Salaam il faut se rendre à la station de bus Ubungo (voir la section sur Dar plus loin). Je vous conseille de prendre les bus ABOOD (ils sont rouges, on risque de vouloir vous faire monter dans n’importe quel autre bus en arrivant à la station mais répétez juste Abood et on vous y conduira). Le trajet coûte 8000 TZS par personne, 3€. La station finale de Morogoro s’appelle Msamvu mais ne vous en faites pas, c’est le terminus et on vous le dira. En sortant du bus on vous demandera si vous avez besoin d’un taxi et même d’un porteur de sac. Juste à l’extérieur de la station vous pouvez aussi trouver des tuk tuk (bajaji) ou des moto taxi (boda boda).

Hébergement : Je vous conseille vivement de vous rapprocher de Fanny & Ibra, un couple franco-maasaï et leur deux enfants, qui s’occupent de chambres d’hôtes dans les montagnes de Morogoro. C’est un vrai petit paradis pour les voyageurs ! Ils peuvent s’occuper de vous réserver un bajaji pour venir jusqu’à chez eux et ensuite de faire un safari ou même une randonnée ! Clique ici pour voir les autres hébergements à Morogoro. 

Activités : Randonnées dans les Monts Uluguru avec Moses (qui parle un peu anglais), différents tracés possibles avec repas compris pour 15 à 20€ par personne selon la longueur du tracé. Dites lui que vous venez de ma part !

 

| Prendre le train

 

C’est un moyen de transport que je trouve génial pour découvrir un pays, surtout hors Europe. Pourquoi ? Parce que ça permet de rencontrer les locaux, de découvrir leur quotidien et leur culture mais aussi de traverser des paysages à couper le souffle en prenant son temps. Soyons clairs, prendre le train en Tanzanie n’a rien à voir avec nos TGV et la SNCF (c’est peut-être une bonne chose en vrai). C’est très lent, le confort n’est pas là et comprendre le fonctionnement peut être un peu difficile, mais au final ça se fait bien et l’expérience est géniale !

Bon, ça a mal commencé pour nous car on a déjà eu du mal à trouver la bonne gare, la principale étant en travaux ! Après avoir demandé à des locaux on arrive finalement à bon port et on prend nos tickets à la dernière minute. On rencontre alors Mohammed qui se propose de nous aider dans toute notre démarche et je vous le dis d’avance, Mohammed c’est notre plus belle rencontre du voyage. Il nous trouve deux places en seconde classe couchette et nous avoue qu’il ne comprend pas qu’on accepte de voyager aussi lentement et en partageant notre compartiment avec 4 autres personnes. Ahah, oui on est des roots Momo !

 

 

Tickets en main on va manger avec Momo puis on est prêtes pour débuter notre voyage.. Mais non, deux wagons avaient besoin de réparations et on a finalement 4h de retard au départ. Aucun soucis, on a passé ces 4h à discuter avec Momo. Bon faut que je vous parle de lui quand même : Momo a 28 ans, il bosse à la gare depuis des années et habite à Dar. Mais il est originaire d’un petit village proche de la frontière avec le Malawi où sa mère et sa soeur vivent. Il travaille à Dar pour pouvoir envoyer de l’argent chaque mois à sa famille qui a peu de moyens. Sa soeur est enceinte mais son mari l’a abandonné, sa mère a un cancer et il n’a jamais connu son père qui les a aussi abandonné à la naissance.. Momo travaille plus de 35 heures par semaine pour un salaire de 150 dollars par mois. La dedans il paye un loyer pour 35$ et il envoie 20$ à sa famille, pour le reste il vit donc avec à peine 100$ par mois.. Malgré cette vie très compliqué, Momo il est génial parce qu’il est super positif et il garde toujours le sourire : “J’attends un peu que les jours passent mais ce qui me rend heureux c’est de voir ma mère et ma soeur heureuses. Mon rêve c’est d’avoir une vie simple avec une gentille famille et une maison sympa“. Après 4h à discuter, le train est enfin là et prêt. Momo nous accompagne jusqu’à notre compartiment pour tout nous expliquer et attend que le train parte pour être sur que tout aille bien pour nous. C’était juste incroyable de le rencontrer et depuis on continue de se donner des nouvelles pour garder contact dans le futur !

 

 

Notre voyage en train commence donc, le soleil se couche peu à peu. On découvre le fonctionnement du train, on rencontre beaucoup de locaux intrigués par notre présence dans le train, on fait connaissance avec les personnes qui partagent notre compartiment (une femme et ses deux filles au départ puis une autre femme et son bébé qui nous rejoignent à l’arrêt suivant). Ca fait beaucoup de monde dans peu de place mais au final aucun problème pour nous. Le train est très lent et s’arrête très souvent, certaines pauses sont assez longues pour sortir du train, marcher, se brosser les dents.. du moments où les locaux sortent, on sait qu’on peut le faire.

 

 

Quelques infos : La seconde classe couchette est donc un compartiment de 6 lits (mieux vaut le lit du bas ou du milieu mais surtout pas du haut ahah) avec petit robinet (qui ne marche pas forcément), ils donnent des draps et il y a de la musique plus ou moins tout le temps. Les toilettes sont un trou qui donnent directement dehors et il est possible d’acheter à manger à des locaux lors des grosses pauses ou alors au restaurant du train (qui est très bon et pas cher). Le train fait des grosses pauses à Morogoro, Dodoma et Tabora. Il n’y a ni électricité ni douche dans le train et peu d’étrangers (aucun dans le notre). Les policiers du train sont super sympas, ils n’arrêtaient pas de jouer avec nous. Les fenêtres du compartiment sont fermés la nuit, ça fait un peu chaud mais c’est par sécurité.

 

 

On a très bien dormi au final ! Réveil matinal pour observer la vie locale et les paysages qui changent totalement : montagnes, plaines humides, horizons secs.. C’est difficile de décrire ce voyage car ce sont surtout des longs moments d’observations et de belles rencontres mais j’espère qu’avec ces quelques images et infos ça vous donnera envie de le vivre à votre tour. A seulement 10km de notre destination finale le train s’arrête en pleine voie : problème avec le premier wagon, la locomotive se détache du reste du train pour aller à la ville suivante, faire réparer le wagon et revenir nous chercher. On est resté 4h bloqués au même endroit, c’était du grand n’importe quoi mais au final c’était une expérience géniale car ça nous a permis de rencontrer encore plein d’autres personnes !

 

 

Bilan : notre train devait partir à 15h le lundi, il est finalement parti à 19h. On devait arriver à Dodoma vers 9h du matin, on est arrivé à 17h ! Et bah c’était juste incroyable comme expérience et je vous le conseille fortement 😁

 

Clique ici pour voir les infos pratiques sur le train !

Avant toute chose, il faut bien être conscient que les infos sont dures à trouver et très changeantes ! Je vous conseille de bien lire ce qui suit et d’entrecouper avec les infos sur ces sites (et en demandant à des locaux sur places) : compagnie officielle / page Facebook.

A ce jour (décembre 2019), la gare principale de la Central Line d’où les trains pour Kigoma, Mwanza et Moshi partent est en travaux. Il faut donc se rendre directement à la gare suivante “Kamata Kariakoo“, n’hésitez pas à demander où elle se trouve. La gare principale est en travaux car ils sont entrain de construire une ligne électrique express entre Dar et Morogoro qui devrait ouvrir l’année prochaine et qui permettra de faire le trajet en 4h apparemment (alors que ça prend plutôt 8h avec le train actuel).

Il est possible d’acheter ses tickets le jour même mais les places pour la seconde place ne sont pas nombreuses et donc pas garanties.. (je ne vous conseille pas la troisième classe si vous faites un long trajet, vous resterez assis et très serrés car c’est bondé). Le mieux c’est quand même d’y aller la veille.

Les horaires sont très changeantes, je vous donne celles qui étaient bonnes au moment où on y était mais elles peuvent changer très rapidement pour la ligne Dar Es Salaam -Kigoma (en passant par Morogoro, Dodoma, Tabora et plein d’autres petites stations) :

  • Lundi 15h Train lent avec un wagon seconde classe couchette et le reste troisième classe assise.
  • Mardi 8h Train “express” avec des wagons seconde classe couchette et assise
  • Mercredi 15h Train lent avec un wagon seconde classe couchette et le reste troisième classe assise.

-> Si vous voulez aller à Mwanza ça sera le même train dont un wagon se détache à Tabora pour continuer vers le nord avec une autre locomotive). Dans l’autre sens je n’ai malheureusement pas les nouvelles horaires.. Le trajet nous a coûté 26400 TZS (10€) jusqu’à Dodoma en seconde classe couchette.

Il y a des cuisiniers dans le train qui font de la très bonne nourriture à pas trop cher : 3500 TZS pour un dîner poisson/riz, 4000 TZS pour un déjeuner poulet/riz, 3000 TZS pour un petit-déjeuner oeuf/pain/pâtes/thé.

A partir de décembre 2019 le train Dar – Moshi circule à nouveau (alors que ça faisait des années qu’il était arrêté), les horaires à ce jour :

  • Dimanche 10h30 avec des wagons première classe couchette, seconde classe couchette et troisième classe assise.
  • Mercredi 10h30 avec des wagons première classe couchette, seconde classe couchette et troisième classe assise.
  • Vendredi 10h30 avec des wagons première classe couchette, seconde classe couchette et troisième classe assise.

-> Dans l’autre sens c’est mardi, jeudi et samedi toujours à 10h30. Le trajet coûte de 16 à 40 000 TZS jusqu’à Moshi selon la classe (6 à 15€)

 

| Dodoma

 

Bon.. Dodoma est la capitale administrative mais à part ça, il n’y a pas grand choses à y faire 😅C’est surtout une ville de transit, une ville pour souffler un peu entre deux longs trajets. Je n’ai pas de conseils à donner sur les choses à faire à Dodoma car je n’y étais que pour une nuit entre le train et le nord du pays, je vous laisse donc juste quelques informations pratiques ⬇.

 

Clique ici pour voir les infos pratiques sur Dodoma !

Hébergement : Rock Hotel, 50 000 TZS la chambre double avec petit déjeuner bien complet, très bien et juste à côté de la station de bus. Clique ici pour voir les autres hôtels à Dodoma.

Transports : Shabiby Bus Station pour les bus allant à Dar / Mwanza / Ausha – Moshi / Naïrobi. Pour Moshi (et Arusha) un bus part à 9h du matin, 27 000 TZS la place, environ 9h de route avec une pauses pour manger, bus assez spacieux avec toilettes à l’intérieur.

Tuk tuk de la station de train à la station de bus : max 5000 TZS.

 

| Moshi – Marangu

 

Je voulais à tout prix éviter de rester à Arusha car c’est une ville très touristique et avec beaucoup de monde. Alors pour découvrir les environs du fameux Kilimandjaro, j’ai plutôt opté pour Moshi, une petite ville à taille humaine. Moshi n’est pas exceptionnelle en soi mais déjà contrairement à Arusha, on a une vue imprenable sur le Kilimandjaro directement depuis la ville (et parfois même depuis son hôtel), ce qui est plutôt chouette. Après s’être baladé dans les rues et les parcs de la ville, on dédie une journée entière à découvrir Marangu, une ville située sur le bas du Kilimandjaro (qui culmine à plus de 5800m et est le toit de l’Afrique pour rappel). Après un trajet à la mode locale on arrive dans les montagnes pour découvrir des paysages bien différents des plaines. On est alors alpaguées par plusieurs hommes qui veulent qu’on les prenne comme guides et qui sont très insistants (très relous) avant d’enfin réussir à marcher seules.

 

Le Kilimandjaro vue depuis le Kenya

 

On a repéré plusieurs cascades et un musée sur la culture Chagga, l’une des 120 tribus de la Tanzanie. On commence par trouver un chemin pour traverser la forêt et passer à côté de la Kinukamori Waterfall (qui n’est pas très grande et dont l’entrée est chère donc je ne conseille pas de descendre en bas de la cascade), on continue le chemin en passant au dessus du Marangu Hospital puis en continuant en direction des Chagga Caves. A cet endroit il est obligatoire de faire appel à l’un des guides qui bossent aux caves car elles sont protégées et entretenues. On vous expliquera toute l’histoire autour des Chaggas qui se sont opposés aux Maasaï pendant de longues années et qui se sont finalement cachés sous terre pour leur échapper. (Je vous rassure aujourd’hui toutes les tribus vivent en paix).

 

 

Après la découverte des caves on a continué notre chemin pour aller vers Kilasiya Waterfall. L’entrée est encore une fois payante (infos dans la barre si dessous) et le chemin pas si facile à trouver mais après un peu de marche on trouve le bon lieu et on descend dans la forêt. Il a beaucoup plu ses derniers jours ce qui donne un débit énorme à la cascade. En arrivant en bas c’est très impressionnant, le cours d’eau est super puissant et sa couleur très boueuse mais ça reste magnifique. Normalement il est possible de se rapprocher de la cascade mais seulement quand il n’a pas beaucoup plu dans les jours précédents. Bref, on a adoré cette cascade 😃 Au final avec toute la marche qu’on a faite et les visites, la journée est passée bien plus vite qu’on ne pense et il faut déjà rentrer. Je suis sûre qu’il y a bien d’autre choses à faire dans les alentours, je vous laisserai me donner des conseils à votre tour !

 

 

Clique ici pour voir les infos pratiques sur Moshi & Marangu !

Transports & activités : Dalla Dalla pour Marangu – 1500 TZS par personne, environ 1h15 de trajet | Entrée pour Chagga Cave – 10 $ | Entrée pour Kilasiya Waterfall. – 10 $

Hébergement : Climbers Hotel, 31200 TZS la chambre double avec petit déjeuner. Bien situé, spacieux, terrasse avec vue sur le Kilimanjaro quand c’est dégagé. Clique ici pour voir les autres hébergements à Moshi.

Restauration : Milan’s Restaurant, cuisine indienne et végé très bonne, environ 10€ par personne pour un repas complet.

 

| Same

 

Si on est allé dans ce petit village bien méconnu de Tanzanie, c’était pour une raison bien précise : aller à la rencontre de l’association KiHo (Kilimanjaro Hope Organization). J’ai découvert cette association via une abonnée sur Instagram et j’ai pris contact avec ses dirigeants par mail. Nous n’avions pas le temps de faire un volontariat pendant notre voyage mais nous voulions tout de même pouvoir les rencontrer et voir directement leurs actions sur leur terrain ! On a donc passé trois jours à Same avec Kateri, le président de KiHo et ses deux acolytes Orest et Gerry. On s’est rendu dans le petit village Maasaï de Marwa, à plus d’1h30 de piste de là.

 

 

Le but de ces visites au village était de faire le bilan du dernier gros projet dont KiHo s’est occupé : “One child One light“. L’organisation a levé des fonds et s’est associé à Phillips pour offrir une lampe solaire à chaque enfant de l’école du village. 537 lampes (et panneaux solaires) ont été donné gratuitement dans le village, permettant aux enfants de pouvoir faire leur devoir le soir et le matin quand il fait nuit, mais permettant aussi aux parents de les utiliser pour travailler, cuisiner ou encore recharger leur téléphone. Les lampes se recharge en 8h grâce aux panneaux solaires installés sur les toits des cases et permettent une autonomie de 20h en basse puissance, 10h en puissance moyenne et 5h en puissance maximale.

 

 

L’équipe de KiHo a fait de nombreuses réunions en amonts pour expliquer la mise en place du système mais aussi pour faire de la prévention auprès des familles pour savoir comment s’en servir et comment les entretenir dans le temps. Ces lampes sont une petite révolution pour ces familles qui n’ont pas accès à l’électricité et en plus, c’est écolo ! On a aussi pu découvrir l’un des autres projets réalisé par KiHo à Marwa, la construction d’un réservoir d’eau à l’école du village pouvant contenir 37 000L d’eau. Ils ont créé tout un système d’irrigation autour des bâtiments de l’école pour récupérer et stocker l’eau de pluie et ensuite l’utiliser pour boire et pour laver. Ils ont fait beaucoup de prévention auprès des enfants pour sensibiliser sur l’importance de l’eau et du non-gaspillage. L’association a bien d’autres projets en tête pour le village de Marwa mais aussi pour bien d’autres villages autour de Same. Si jamais vous avez l’occasion d’aller dans ce coin et que vous avez envie d’aider et de faire du volontariat, je vous laisse tous les contacts de KiHo ⬇

 

Clique ici pour voir les infos pratiques sur Same !

Transports : Bus de Moshi à Same, 10 000 TZS par place, environ 2h30 de trajet.

Hébergement : Silver Bird Lodge, 20 000 TZS la chambre double avec petit déjeune, excentré mais proche de l’association (pas sur Booking). Clique ici pour voir les autres hébergements à Same.

Contacts de l’association KiHo – Kilimanjaro Hope Organization, Kateri Daniel GENES (Directeur) mail : kihokateri@gmail.com, site : www.kilimanjarohope.org, tél : +255 755 044 070

Le parc national Mkomazi est à retenir : peu fréquenté, une faune dense dans des paysages magnifiques.

 

 

| Lushoto

 

Une amie m’a recommandé cet endroit dont je n’avais jamais entendu parler et quelle surprise ! Une fois qu’on quitte la route principale du nord du pays, on commence à s’enfoncer dans les magnifiques forêts et montagnes des Usambaras. Les paysages changent totalement par rapport aux plaines pour laisser place aux nombreuses cascades et chemins de randonnées. On devait rester seulement deux jours à Lushoto et finalement on a décidé de rester une journée de plus tellement c’était un coup de coeur. Voici quelques conseils sur les lieux à visiter ! (Sachez d’abord que des guides vont vous sauter dessus en descendant du bus et ils sont super collants, n’hésitez pas à leur demander ce qu’ils proposent pour avoir des idées des choses à faire et si jamais vous avez envie d’être seuls, dites leur et soyez fermes).

 

 

Java & Irente Viewpoint : Ces deux points de vue font tout simplement parti des plus beaux lieux de Tanzanie selon moi. En 1h30 à 2h de marche environ depuis Lushoto vous pouvez les atteindre pour avoir une vue exceptionnelle sur les plaines alentours. Les deux points de vue sont des rochers avec le vide total juste en dessous. Même si le temps vous semble couvert ou pluvieux, n’hésitez pas à quand même y aller et d’autant plus au coucher du soleil. Nous avons fait Java le premier soir et Irente le deuxième, à chaque fois le temps était très nuageux et pourtant on a eu un spectacle à couper le souffle de la nature, je vous laisse juger avec ces quelques photos..

Infos sur ces points de vue : Java Viewpoint (-4.810581,38.261383) est gratuit et très peu connu, vous serez facilement seul sur le spot ou alors avec des locaux. Irente Viewpoint (-4.803512,38.257392) est payant et souvent bondé de monde en haute saison (c’est 1000 TZS d’entrée pour l’hôtel puis 2000TZS pour le rocher). Pour atteindre ces deux points de vue vous pouvez y aller à pieds et si jamais vous vous y rendez pour le coucher de soleil, faites signe à une moto taxi sur le retour pour vous ramener rapidement de nuit, ils prennent 5000 TZS pour deux passagers sur la moto)

 

 

Kisasa Waterfall : Cette cascade est assez dure à trouver mais elle est totalement accessible sans guide. Depuis Lushoto la balade à pieds est super sympa et traverse des petits villages où peut de touristes vont, comptez une grosse heure de marche pour atteindre la cascade. En demandant notre chemin aux locaux on a réussi à trouver le petit sentier qui menait à la cascade mais ensuite on s’est un peu perdu et on s’est retrouvé de l’autre côté de la cascade 😅 Restez bien du côté droit de la montagne pour l’atteindre. En tout cas elle est vraiment magnifique et d’autant plus quand il a plu la veille !

Infos sur la cascade : Voici les coordonnées GPS pour la trouver : -4.820933,38.298229. C’est 2000 TZS l’entrée, vous pouvez demander à un moto taxi de vous y amenez depuis la route principale.

 

 

Soni Falls : De magnifiques et puissantes cascades ! Enfin, quand il pleut évidemment, car en plein été le débit peut être très réduit d’après les différentes photos. En tout cas quand on y était nous, le débit était énorme ! Pour y accéder il faut passer par l’école “Soni Falls Pre&Primary School English Medium” et payer son droit d’entrée au bureau. Ensuite on descend aux pieds de la cascade en seulement quelques minutes. Selon le débit vous pouvez plus ou moins marcher autour. Depuis la route principale quand vous arrivez en bus la vue est aussi superbe sur les Soni Falls. Petit bémol, quand on y était il venait de pleuvoir beaucoup, ce qui fait que la puissance de l’eau a regroupé tous les déchets plastiques qui se regroupaient dans le cours d’eau pour les laisser aux pieds de la cascade. C’était très impressionnant à voir et ça faisait bien mal au coeur.. on l’a dit à l’école qui nous ont affirmé que quelqu’un allait ramasser tout ça dans les jours à venir. (On espère vraiment..)

Infos sur la cascade : Voici les coordonnées GPS pour la trouver : -4.846983,38.366132 (elle est indiquée sur Maps.me). C’est 3000 TZS l’entrée, vous pouvez prendre un Dalla dalla depuis Lushoto pour Soni et demander à vous arrêter en route au niveau de la cascade, le trajet entre les deux villes coûte 1500 TZS et prend une grosse demie-heure. 

 

 

Clique ici pour voir les infos pratiques sur Lusotho !

Transports : Bus Same – Lushoto, 10 000 TZS par place, environ 3 à 4h de trajet. La dernière partie de la route se fait en montagne, je vous conseille d’essayer de vous mettre du côté gauche du bus (quand vous êtes dans le sens de la marche) pour pouvoir admirer des paysages à couper le souffle. | Dalla Lushoto – Soni : 1500 TZS par place, environ 30min de route. Prend et dépose n’importe où sur le trajet.

Hébergement : Lawn’s Hotel, meilleur hôtel qu’on ai eu du voyage ! 25$ la nuit en chambre “budget”, 40$ en chambre “standart”, 60$ en “grand standard”. On a demandé une budget mais on a finalement été upgradé en standard pour le même prix. Deux lits spacieux, super salle de bain, très propre et avec le meilleur petit déjeuner possible. Buffet à volonté avec crêpes, oeufs, fruits, céréales, pain, jus, thé, etc.. Bref, je recommande vivement ! Clique ici pour voir les autres hébergements à Lushoto. 

Restauration : A Lushoto pour manger le soir il y a un gros restaurant avec des plats divers (Muzdalifa Restaurant), ou alors plusieurs stands à la station de bus avec des poulets grillés, frites et très bon fruits (tester les bouts d’ananas!).

 

| Bagamoyo

 

Bagamoyo est un bon point de chute avant de rentrer sur Dar Es Salaam. Petite ville de 35 000 habitants, elle est connue pour être au bord de l’océan indien et pour ses nombreuses ruines qui rappellent les années coloniales. Outre y faire une après-midi plage, il est possible de visiter les ruines de Kaole. Elles ne sont pas exceptionnelles mais si vous aimez l’histoire, ça pourra vous intéresser ! Sinon, rien qu’en vous baladant dans la ville, vous pourrez admirer quelques vestiges comme le Old Boma ou alors faire un tour au musée de Bagamoyo pour comprendre toute l’histoire de la ville. Enfin, c’est aussi une capitale artistique de la Tanzanie avec l’une des meilleures écoles d’art d’Afrique de l’est et surtout de nombreux petits shops pour acheter ou admirer tout un tas de toiles, sculptures et autres.

 

 

Clique ici pour voir les infos pratiques sur Bagamoyo !

Transports : Depuis Lushoto certains bus pour Dar Es Salaam passent par Bagamoyo, dans ce cas il faut demander au chauffeur de s’arrêter à l’avance puis prendre un dalla/boda/tuk tuk pour rejoindre le centre-ville. Sinon les bus passent par Chalinze, il faut donc s’arrêter à Msata puis prendre un Dalla jusqu’à Bagamoyo, mais c’est bien plus long au final. Le bus de Lushoto à Dar coûte 20 000 TZS (7 à 8h de trajet), jusqu’à Msata 17 000 TZS (environ 5h de trajet). Le dalla de Msata à Bagamoyo coûte 3000 TZS pour environ 2h.

Pour rejoindre Dar Es Salaam depuis Bagamoyo il faut prendre un premier Dalla jusqu’à Nyuri (une gare routière), 1600 TZS pour 1h30 de trajet, puis demander un autre Dalla pour aller dans le centre de Dar (Posta, Kivukoni ou autre), 600 TZS pour 1h de trajet.

Hébergement : L’IDC Hotel, 27$ la chambre double avec le petit déjeuner et une piscine, pas si loin de la plage et très propre. Clique ici pour voir les autres hébergements sur Bagamoyo. 

 

 

| Dar Es Salaam

 

Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, Dar Es Salaam n’est pas la capitale de la Tanzanie (c’est Dodoma 😎) mais il est vrai que c’est la première ville du pays et l’un de ses poumons économique. La ville sert souvent de transit pour les voyageurs en arrivant en Tanzanie ou avant d’aller sur Zanzibar, mais il y a quelques petites choses à faire dans la ville tout de même ! Voici quelques pistes 🙌

 

 

Tout d’abord, Kigamboni, le quartier sud de Dar Es Salaam, où vous pourrez être au calme total et les pieds dans l’eau avec une multitude de petits hôtels très sympa qui permettent de se sentir comme dans un autre monde. Pour y être allé plusieurs fois, c’est un endroit que j’adore, surtout juste avant de quitter le pays ! Dans un même registre il y a les deux îles désertes de Bongoyo et de Mbudya, où l’on retrouve des bancs de sable blanc, de la belle eau turquoise et surtout de la tranquillité. Accessibles avec des bateaux pêcheurs, les deux îles sont comme des petits paradis loin de la folie de la ville.

Pour parler de la folie de la ville justement, il suffit de se balader à pieds dans Dar pour comprendre ce que ça veut dire, il y a des gens de partout, des vendeurs à tous les coins de rue et il faut s’accrocher pour comprendre comment fonctionne la circulation ! Mais il y a aussi ses deux marchés connus et incontournables : celui de Kariakoo et le Kivukoni fish market, si vous avez envie de découvrir un bout de la vie locale et surtout les belles saveurs du pays, n’hésitez pas à y aller (tôt). Enfin, si vous avez le temps, il est possible d’aller faire un safari à la journée au parc de Saadani, un parc assez méconnu des voyageurs alors qu’il regroupe un grand nombre d’espèces différentes et il est particulier car il mélange savane, plage et océan indien !

Enfin, il est possible de faire du tourisme culturel à Dar avec des visites guidées par des locaux pour découvrir le quotidien des habitants et investir dans l’économie locale. C’est le cas avec le Kigamboni Community Center par exemple qui propose des découvertes pédestres ou à vélo de la ville mais aussi des cours de cuisine, de danse ou de swahili. Vous pouvez retrouver leur contact sur leur site internet. Bref, voici quelques pistes si jamais vous passez par Dar 😃

 

Clique ici pour voir les infos pratiques sur Dar Es Salaam !

 

Transports aéroport : A votre arrivée à l’aéroport vous pouvez monter dans n’importe quel taxi ou alors contacter à l’avance mon contact de confiance qui s’appelle Housmani, très fiable il vous attendra à la sortie directement et il ne vous arnaquera pas sur le prix. Il prend 40 000 TZS pour aller dans le centre ou pour vous déposer à Ubungo le terminal de bus (ou au Mic hotel juste à côté si vous arrivez tard). Son numéro Whatsapp : +255 712 449 292. Si vous arrivez en journée il existe aussi des bus locaux qui ramènent vers le centre, en allant sur la route principale à 5 minutes de marche.

Transports locaux : De la gare routière Ubungo jusqu’au Ferry pour Zanzibar (ou tout simplement jusqu’au centre de Dar), il existe des gros bus locaux qui passent sur la route principale à côté de la gare (il faut traverser la route en montant par les ponts piétons). Prendre le bus 1, 2 ou 3 en direction de Kivukoni, qui coûte 650 TZS. S’arrêter à Kisutu pour le début du centre, City Council pour le ferry pour Zanzibar, Kivukoni pour le ferry pour Kigamboni (de jolis plages et de jolis hôtels à cet endroit là si vous ne voulez pas aller sur Zanzibar. La traversée du ferry dure littéralement 5 minutes, coûte 100 TZS puis un tuk tuk pour rejoindre les hôtels coûte dans les 5000). Sinon depuis Ubungo vous pouvez toujours prendre un taxi pour le centre, ça coûtera dans les 40 000 TZS (donc c’est mieux le bus quand même).

Hébergements : Mic Hotel, 50 000 TZS la chambre double avec petit déjeuner. L’hôtel est très bien et parfait si vous arrivez tard et que vous avez besoin d’être juste à côté de la station de bus !

Safari Inn, 23$ la chambre double avec petit déjeuner, situé en plein centre, parfait si vous prenez le ferry tôt pour Zanzibar le lendemain. Clique ici pour voir les autres hébergements sur Dar Es Salaam.

 

| D’autres pistes à explorer que je n’ai pas encore pu faire..

 

  • La région du Mont Hanang : randonnée jusqu’au sommet (3417m) par la Jorodom Route qui commence dans la ville de Katesh, environ 10h de marche. Il est possible de faire la rando avec un guide ou seul (dans ce cas il faut s’enregistrer et payer les droits d’entrée au forest cachement office à Katesh). Vous pouvez aussi découvrir les alentours du superbe lac Balangida.
  • Parc national des monts Mahale : plages de sable blanc, eaux azurs, forêts luxuriantes, c’est un parc pour les bons routards ! On y trouve plus de 1700 chimpanzés mais aussi des léopards et des colobes noirs et blancs. Pour rejoindre le parc il faut passer par la plage ou par un bateau
  • Mwanza : pour découvrir le lac victoria ou encore aller faire un safari sur l’île de Rubondo.

 

 

Voilà, j’espère que cet article du blog aura pu vous donner quelques idées des choses à faire et à découvrir en Tanzanie en sortant du circuit traditionnel.. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire si j’ai pu vous aider dans votre organisation avec cet article ! 

 

 

Une petite note ?
fr French
X
Share This